Responsive image

Johnny Hallyday: la fin d’une icône

Culture
Monica NKODO | 07-12-2017 07:51

L’idole de la chanson française est décédée dans la nuit de mardi à mercredi à l’âge de 74 ans des suites d’un cancer du poumon.

Plus de 50 ans de carrière. Plus de 100 millions d’albums écoulés à travers le monde. Des concerts à guichets fermés dans les plus immenses salles de la planète.

Tant que souvent, aucune d’elles n’a suffi à confiner son talent et l’adoration que lui voue son public. En 2000, Johnny Hallyday célèbre ses 40 ans dans la musique avec un concert monstre au pied de la Tour Eiffel.

Et puis, ce cancer du poumon qui se déclenche, tel un rabat-joie, vient gâcher la fête. Cette horreur a terrassé Johnny à 74 ans, dans la nuit du 6 décembre dernier. Il avait officiellement annoncé cette lutte pour sa vie en mars 2017. Oui, Johnny est mort, mais non, sans baisser les bras.

Il est tombé « avec courage et dignité, comme il a vécu », a déclaré son épouse Laeticia. Jade et Joy, leurs deux filles, sont désormais orphelines. Comme David Hallyday et Laura Smet, ses deux premiers enfants, nés de ses relations surmédiatisées avec Sylvie Vartan et Nathalie Baye.

Pour aider ses proches à porter leur peine, une famille de fans innombrables de part le monde.  

Johnny Hallyday, c’était Johnnie avec un « i » à ses débuts. Le « y » vient plus tard pour se donner un style plus américain. Fan de James Dean, Johnny, alors âgé de 17 ans, porte un blouson noir, et rend fous les jeunes. Folk, country, soul, tout ce que Johnny touche devient or.

En deux ans, Jean-Philippe Smet à l’état civil va devenir le Johnny que tous s’arrachent. Les 15 années qui vont suivre le couronnent à la tête de la période Yéyé. Johnny se révèle avec le titre à succès « Gabriel » en 1976.

Les années 80 sont peu croquantes pour Mister Rock’n roll, même si c’est justement dans ce registre que son œuvre se profile, de plus en plus brillante. En 1985, l’album « Rock’n’roll attitude » sort, entièrement conçu par Michel Berger. La splendeur de Johnny est remarquable. Il ne se brise pas, jamais. Il est le « roc du rock ».

Et même les secousses des années 2000 (embrouilles avec le fisc, procès avec sa maison de disque, problèmes de santé…) ne le font pas vaciller. Johnny et son regard bleu perçant continuent de transcender les générations. Son album « A la vie, à la mort » (2002) incluant le tube « Marie », crée le pont avec une autre époque.

En 2009, il se tape une tournée pour célébrer ses 50 ans de scène. Pour lui, c’est la der des ders. « Je ne voudrais pas devenir pathétique. Je voudrais que les gens gardent une image de moi tel que je l’ai toujours été », déclarait-il avant cette tournée qu’on croyait ultime.

Que non. Johnny continue d’exister musicalement. Le 10 janvier 2016, il donne un concert exceptionnel en hommage aux victimes de Charlie Hebdo.

On le verra encore écumer les scènes jusqu’en juillet dernier lors de la tournée des « Vieilles canailles » avec ses amis Jacques Dutronc et Eddy Mitchell. Son déhanché, ses mots, son jeu (Johnny savait faire l’acteur au cinéma comme au théâtre), restent des domaines imbibés de son esprit. Sa voix rock manquera tant aux mélomanes.

Partagez cet article :

0 0 0 0
Loading...

Autres articles que vous aimerez lire...

« La loi était devenue obsolète »

Economie
Josy MAUGER | 16-07-2018 10:22 | 0 0

   Sophie Mbenoun, directeur de la formation et de l’orientation professionnelle au Minefop.

Le chef de l'Etat vient de promulguer la loi régissant la formation professionnelle au Cameroun. Qu'est-ce qui justifie ce nouveau dispositif ?
Lire la suite

0 commentaire(s)

Laissez un commentaire

Vous devez être connecté pour commenter