Cameroon-Tribune

Responsive image

Prêtre d’aujourd’hui et de demain

24 heures
Grégoire DJARMAILA | 10-01-2018 11:43

Le contexte

La formation de ce serviteur de l’église doit tenir compte des mutations que connaît la société.

«Homme saint et proche de Dieu ». Cette étiquette collée aux prêtres continue d’animer la foi de la plupart des fidèles de l’Eglise catholique romaine. Vu sous le prisme de la doctrine catholique, le prêtre est un homme appelé : c’est-à-dire choisi par le Christ lui-même pour servir Dieu et les hommes.

Cette qualité lui est conférée, non seulement par sa triple formation humaine, intellectuelle et spirituelle, mais surtout par son ordination presbytérale. Ce cursus classique est articulé autour des parcours philosophiques et théologiques qui préparent le candidat à l’étape pastorale. Sorti de ce moule et nanti de ses attributs sacerdotaux, le prêtre devient le trait d’union entre Dieu et les hommes parce que « Dieu est avec lui et en lui ».

Mais cette vision reste pour certains chrétiens, une pure caricature. Ces dernières décennies, certains faits et pratiques à l’instar de la pédophilie et de l’homosexualité ont posé question à l’Eglise universelle. Ces déviances qui écornent l’éthique presbytérale sont de nature à refroidir la foi des chrétiens. Est-ce la raison pour laquelle un nombre important de nos contemporains sont à la recherche de nouvelles spiritualités pour donner une âme à leur existence ?

Même si ces constats n’expliquent pas à eux-seuls la montée « en puissance » des églises réveillées, l’Eglise catholique romaine doit ajuster la formation de ses serviteurs pour qu’ils soient mieux outillés pour conduire la nouvelle évangélisation qui soit elle-même capable de changer la vie de ceux qui en reçoivent l’annonce. Si Dieu reste un et indivisible, la prolifération de ces « nouvelles églises » questionne l’efficacité de la mission presbytérale.

Dans une société en pleines mutations, les candidats à la prêtrise doivent avoir un bon ancrage social pour qu’ils ne deviennent à la fin de leur formation des extra-terrestres. Le prêtre ne doit pas s’enfermer dans son presbytère, ni mener une vie loin des réalités sociales.

Il doit sortir pour vivre les problèmes de son environnement. Humain parmi les humains, il doit partager la condition des hommes de son temps. Outre la bonne nouvelle, il doit être disposé à répondre aux questions que se pose la société.

Il doit se faire siens les défis actuels et futurs qui interpellent la société dans laquelle il est appelé à mener sa mission pastorale. Au-delà des missions d’évangélisation et liturgique et des fonctions de sanctification, le prêtre est également appelé à assurer la charge pastorale d’une paroisse. De ce fait, sa formation doit le prédestiner à gérer des domaines aussi divers que la gestion des ressources humaines, des projets et des finances.

Il est donc indiqué à le mouler aux compétences pluridisciplinaires pour prendre en compte les différentes charges auxquelles il sera confronté sur le terrain. Enfin, dans ce monde du tout numérique, le prêtre doit également se mettre à jour.

Il doit par exemple intégrer les TIC dans sa pastorale afin qu’il ne soit pas déconnecté de ses ouailles. Aujourd’hui, en un clic, on peut accéder à la bible, aux cantiques et certains textes liturgiques. Bref, le prêtre doit épouser l’air du temps.

Partagez cet article :

0 0 0 0
Loading...

Autres articles que vous aimerez lire...

Responsive image

Bafoussam: les projets C2D lancés

Economie
Honoré FEUKOUO | 14-08-2018 12:14 0 0

L’entreprise Razel dispose d’un délai de 30 mois pour réaliser plusieurs chantiers. La voirie desservant les chantiers de la CAN 2019 classée prioritaire de...
Lire la suite

0 commentaire(s)

Laissez un commentaire

Vous devez être connecté pour commenter