Responsive image

Consommation d’eau: ces factures à problèmes

24 heures
Michèle FOGANG | 17-01-2018 09:52

Les faits

De nombreux abonnés de la Cde ont vu le prix de leur consommation du mois de décembre et janvier derniers augmenter comparativement à leur consommation habituelle.

Des factures d’eau passant du simple au double et même au triple. Telle est la désagréable surprise que de nombreux abonnés de la Camerounaise des eaux (CDE) de la ville de Yaoundé ont eu en décembre et janvier derniers.

Sur la toile ou encore dans les rues, le phénomène alimente diverses conversations. Partagés entre colère et incompréhension, les clients ne savent plus à quels saints se vouer. « Nous ne sommes que trois à la maison, pourtant j’ai reçu pour le compte des mois de décembre et de janvier des factures estimées respectivement à 15 000 F et 9 000F.

Pourtant, habituellement notre consommation mensuelle était estimée en moyenne à 3 000F », explique Jeanne T., une abonnée.

« Je me suis absenté de mon bureau pendant plusieurs semaines. Quand j’ai repris, j’ai reçu une facture de 85 000 F pourtant je paye habituellement 10 000 F en moyenne », déplore Alphonse N., un chef d’entreprise. Le fait est d’autant plus ahurissant pour certains abonnés dont les factures ont pratiquement triplé.

Pourtant, l’eau n’est pas la denrée la plus courante dans certains quartiers de la ville. Biyem-Assi, Nsam et Anguissa sont entre autres les quartiers qui se sont retrouvé sevrés d’eau pendant des semaines ces derniers mois.

« Nous faisons parfois deux semaines sans une goutte d’eau courante. Nous nous ravitaillons dans des puits ou des bornes fontaines situés aux alentours », se plaint Aristide N., un abonné.

Mais quand tombent les factures, la tarification ne tient pas souvent compte des coupures. « Nous avons reçu une facture d’environ 7000F après avoir passé plusieurs jours sans eau », déplore- t-il. Approché par C.T, Félix Zogo Manga, directeur régional de la Camerounaise des eaux (Cde), explique qu’il pourrait s’agir de cas isolés.

Cependant la Cde n’a quant à elle pas encore reçu jusqu’ici de plaintes formelles d’éventuelles victimes de surfacturation. « Mais pour ceux qui pensent que leur facture ne correspond pas à leur consommation, ils doivent formuler leurs récriminations dans une plainte et nous allons traiter leur problème au cas par cas », a-t-il recommandé.

Pour l’heure, les abonnés passent à la caisse malgré la surfacturation, pour éviter de subir des sanctions.

Partagez cet article :

0 0 0 0
Loading...

Autres articles que vous aimerez lire...

0 commentaire(s)

Laissez un commentaire

Vous devez être connecté pour commenter