Cameroon-Tribune

Une force qui compte

Politique
Rousseau-Joël FOUTE | 07-02-2018 10:42

Regard

Selon l’édition 2014 du Rapport national sur l’état de la population, la population camerounaise est caractérisée par son extrême jeunesse. L’âge médian de la population est de 18 ans et l’âge moyen se situe à 22,5 ans. La population ayant moins de 25 ans représente 64,1% de la population totale. On voit donc que la participation des jeunes aux processus politiques, compte tenu de la forte augmentation de la population jeune, est un enjeu majeur.

Seulement, la présence des jeunes dans des positions de pouvoir au sein de l’appareil politique et étatique, reste à améliorer. Alors que les jeunes, hommes et femmes confondus, sont les plus nombreux à militer au sein des formations politiques.

Mais, dans la pratique, leur nombre décline au fur et à mesure qu’on monte dans la sphère dirigeante. Les jeunes sont confinés aux fonctions essentiellement subalternes, les aînés les « utilisant » pour faire des courses, mobiliser la logistique, mener des campagnes de sensibilisation. Bref, les jeunes sont là pour apporter de l’eau aux moulins de leurs aînés. En période électorale, ils sont un important vivier dans lequel les autres viennent puiser pour gagner les différents scrutins.

A l’analyse, cette situation est moins la conséquence d’un conflit intergénérationnel que du rapport des forces sur le terrain. Car même entre les aînés rien n’est donné à l’avance. Il faut se battre pour s’imposer et occuper le moindre strapontin. Pour réussir à percer dans cette jungle, il faut disposer des ressources politiques nécessaires, parmi lesquelles, une surface financière impressionnante et un entregent efficace. Ces deux facteurs permettent de tisser et d’entretenir des réseaux de clientèle politique.

Car c’est la mobilisation de ce réseau qui, le moment venu, permet de faire la différence et de modifier à son avantage le rapport des forces. C’est dire qu’il revient aux jeunes de prendre d’abord conscience du fait qu’ils sont une force qui compte.

C’est également à eux de comprendre que pour convertir leur supériorité numérique en instrument de conquête politique, ils doivent mutualiser leurs efforts pour former une masse critique et faire bouger les lignes en leur faveur. Etant donné qu’en évoluant en rangs dispersés, ils ne feront pas le poids face à des aînés puissants et plus aguerris. C’est la dure réalité du jeu politique.

Partagez cet article :

0 0 0 0
Loading...

Autres articles que vous aimerez lire...

Responsive image

A Proximity Public Service

Politique
Joseph LE | 13-08-2018 12:30 0 0

Address by Joseph LE, MINFOPRA at the inaugural press briefing, Yaoundé, 8 August 2018.

“The Minister of Communication and dear colleague;
The Secreta...
Lire la suite

0 commentaire(s)

Laissez un commentaire

Vous devez être connecté pour commenter