Silence autour des listes

Politique
Jean Francis BELIBI | 27-02-2018 08:37

Alors que le Conseil électoral a commencé l’examen des listes des neuf partis engagés, certains ont choisi d’entretenir le suspense.

Aucun mystère du côté de l’Union des populations du Cameroun (UPC) qui a choisi de concourir dans cinq des dix régions du pays pour connaître les têtes de listes de cette formation politique à ce scrutin au cas où celles-ci venaient à être validées par le Conseil électoral.

Approché à cet effet, le secrétaire général, Pierre Baleguel Nkot indique d’ailleurs qu’une réunion regroupant les potentiels candidats devrait se tenir au siège du parti ce jour. On peut donc savoir que pour les régions du Centre et du Littoral où le parti compte des conseillers municipaux, les listes déposées à Elections Cameroon sont respectivement conduites par Jean Jacques Biya II et Philippe Omam.

Idem du côté de l’Union démocratique du Cameroun (UDC) où l’on apprend que les deux listes présentées à l’Ouest et dans le Littoral sont conduites respectivement par Youmo Koupit Adamou, membre du Bureau politique et Cyrille Sam Baka, 1er vice-président national.

Les potentiels candidats de l’Union nationale pour la démocratie et le progrès (UNDP) sont également connus. On retrouve notamment en tête de liste dans la région du Nord, Saidou Maïdadi, membre du Comité central.

S’il n’a choisi que le Nord-Ouest pour présenter une liste de candidatures, Lawan Bako, président national de l’United democratic party (UDP), sera à la tête de ses hommes dans la perspective de l’échéance du 25 mars prochain.

Le plus grand mystère concerne les deux principaux partis politiques de la scène nationale. Si le siège du Rassemblement démocratique du peuple camerounais (RDPC) ne connaît plus la même affluence que la semaine dernière, le mutisme et la méfiance observés chez ses principaux responsables restent de mise.

Approché, l’un d’eux consent néanmoins à lâcher : « le RDPC n’est pas un parti de grand chamboulement… Et puis, que peuton reprocher aux membres sortants du Sénat ? » Toutefois, la suite de l’échange permet de constater que les panachages qui n’étaient pas admis au niveau des commissions régionales de réception, d’analyse et d’évaluation ont bien été opérés par la hiérarchie de cette formation politique : « Vous n’imaginez quand même pas que le président national va laisser hors-course un membre du Bureau politique du parti, qui est l’une des plus hautes instances de décision du parti, sous prétexte que nous avons des listes concurrentes », lâche notre source.

Allusion à peine voilée au Littoral où Geneviève Tjouès et Thomas Tobbo Eyoum, sénateurs sortants, étaient opposés dans le cadre de l’échéance du mois prochain. « Des surprises ne sont pas à exclure » poursuitelle. Une autre source parle ici du Nord-Ouest.

La situation n’est pas différente au Social Democratic Front (SDF) où l’on peut tout de même apprendre que le Secrétaire général, Jean Tsomelou, devrait conduire la liste de la région de l’Ouest, alors que son collègue, sénateur sortant, Aboubakar Siroma, devrait faire de même dans l’Adamaoua.

Quid du Centre ? « Je ne suis au courant de rien », affirme le coordonnateur régional du parti, Emmanuel Ntonga. La plupart des responsables renvoient simplement au Conseil électoral qui ne devrait pas tarder à rendre son verdict dans cet épisode devant conduire au renouvellement du Sénat.

Partagez cet article :

0 0 0 0
Loading...

Autres articles que vous aimerez lire...

0 commentaire(s)

Laissez un commentaire

Vous devez être connecté pour commenter