Lecture: pourquoi les jeunes décrochent

Parents, enseignants, promoteurs du livre de loisir et autres acteurs ont trouvé les coupables tout désignés : les écrans.


Dans cette classe de Terminale A4 allemand d’un grand lycée de la place, le professeur de français n’en revient toujours pas. Aucun de ses élèves ne connaît le Pr. Tournesol, un des principaux personnages des « Aventures de Tintin », bande dessinée d’Hergé. Les yeux ronds, les élèves sont étonnés de voir leur enseignant s’en offusquer. « Rendus à ce niveau d’études et à votre âge, il y a un certain nombre d’ouvrages que vous deviez déjà avoir lus : des grands classiques africains et de la littérature française », s’insurge l’enseignant qui en profite pour questionner les lectures de ses élèves, hormis les œuvres au programme scolaire. Et là encore mauvaise surprise. Seulement dix élèves sur les 80 de la classe ont lu quelque chose ces derniers mois. Entre autres, des romans à l’eau de rose et d’aventures, des magazines féminins. La dernière de ces lectures, pour la plus récente, remonte à décembre dernier. 
Voici donc qui confirme une tendance qui était encore perçue comme un cliché : les jeunes boudent les livres. Ce décrochage ne cesse de s’accentuer au fil des années, particulièrement chez les moins de 30 ans. Une génération qui a toujours connu Internet. Chez elle, le temps consacré aux écrans est le plus élevé, très loin au-dessus du temps à lire pour le loisir. Alors que surfer sur Internet et les réseaux sociaux est devenu pour eux un réflexe activé dès le matin au réveil et même avant d’aller au lit le soir, de nombreux jeunes reconnaissent ne lire qu’occasionnellement. « A Noël, j’ai offert des livres à mes enfants pour les stimuler et les aider à sortir des écrans. Deux mois après, ils n’ont toujours pas fini de les lire. Certains jours, quand ils disent s’ennuyer, qu’il n’y a rien d’intéressant à la télévision, je les invite à lire. Ils trouvent cela plus ennuyeux encore. Je ne comprends pas et je ne sais plus quoi faire », se plaint un parent, grand amoureux des livres. Ses enfants, comme bien d’autres de leurs camarades, ne lisent que dans un cadre contraint, celui des études. Et  encore... « Nous disposons d’une bonne bibliothèque bien achalandée. Pour redonner le goût des livres et de la lecture aux enfants, nous avons établi un programme de visite d’une heure par semaine pour chaque classe. Pendant cette heure, chaque élève doit lire quelque chose : un magazine, une bande dessinée, un roman ou même des extraits d’ouvrages sur papiers volants. Le tout c’est de lire. Figurez-vous qu’il y a des petits malins qui arrivent à passer à travers les mailles du filet pour ne pas lire. Ils se portent absents à l’heure de la bibliothèque ou bien ils y rentrent, mais tournent en ronds pendant une heure. Ces attitudes nous am&egr...

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category