Présidentielle rwandaise: un fauteuil pour trois