Rwanda: Paul Kagame reconduit pour sept ans

Le président sortant a été élu vendredi dernier avec plus de 98% des suffrages.

Read also : CHAN 2020 : le Maroc dans l’histoire

La Commission électorale a finalement confirmé la large victoire de Paul Kagame samedi dernier au lendemain de l’élection présidentielle de vendredi, qui a enregistré un taux de participation de 96%. Le candidat du Front patriotique rwandais (FPR) rempile avec 98,66% des suffrages pour un troisième septennat. A la différence des deux présidentielles qu’il avait remportées avec 95,06% des voix en 2003 et 93% des faveurs populaires en 2010, le président sortant a réalisé, à l’issue du scrutin de vendredi dernier, son plus grand score. Laissant ses deux rivaux, Philippe Mpayimana et Frank Habineza se contenter des miettes.

Read also : Accident de Santchou : deux ministres sur les lieux

Avec fair-play, les deux perdants ont reconnu leur défaite, mais ont surtout déploré les tracasseries dont ils ont fait l’objet durant la campagne électorale. Ils dénoncent notamment le fait que dans certaines localités du pays, certaines autorités les ont empêché de tenir leurs meetings. «Bien sûr, nous savons que la force du FPR est d'avoir des structures au niveau local, ce n'est pas le problème. Le problème est le conflit d'intérêts entre les structures gouvernementales et les structures du FPR. On nous a dit qu'on ne pouvait pas mettre nos drapeaux là où le FPR avait mis les siens, mais malheureusement le FPR a mis les siens partout», dénonce Frank Habineza au cours d’une conférence de presse.

Read also : Rentrée du deuxième trimestre : ça repart

Par contre, dans le camp présidentiel, l’on savoure la réélection de Paul Kagame. «Nous nous attendions certainement à cette victoire avec une marge confortable. Nous ne sommes pas déçus. Ça reflète évidemment la volonté des Rwandais (...) Nous sommes satisfaits de cela», a commenté Wellars Gasamagera, porte-parole de campagne du FPR. Nombre d’observateurs expliquent ce raz-de-marée par le fait que M. Kagame est crédité d’avoir mis un terme au génocide qui a vu environ 800 000 âmes périr et des milliers de personnes prendre le chemin de l’exil entre avril et juillet 1994, selon des chiffres officiels. Il lui est aussi reconnu le fait d’avoir relevé une économie à genoux, après cet épisode tragique. Certes, il lui est concédé le développement spectaculaire que connait aujourd’hui le Rwanda, cependant il lui est aussi reproché de bafouer les libertés publiques, d’être réfractaire à toute critique et de réprimer toute opposition.

Read also : Développement de la sous-région : on reparle du financement des projets intégrateurs

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category