Concert: l’amitié Cameroun-Canada célébrée

A l’occasion des 55 années de relations entre les deux pays, l’association DIFFUMUSIC a récemment organisé une formation et un spectacle à Yaoundé.

 

Chaleureuses retrouvailles entre amis de longue date. Jean Dikoto Mandengue, le « doyen » de la basse au Cameroun, fait son entrée, ce soir du 19 octobre au Centre culturel camerounais à Yaoundé. Avec Rachel Tchoungui, ils offrent un spectacle sans pareil sous les acclamations du public. Dans l’assistance, personne n’arrive à cacher sa joie. Les mélomanes sont plongés dans cette aventure. Le représentant du ministre des Arts et de la Culture, Joseph Eloundou Atangana, le représentant du ministre des Relations extérieures, Jean Ndjoukeng, et le représentant du Haut commissaire du Canada au Cameroun, Joseph Peyo, plongent comme tout le monde, dans le bain musical. Ce qui réjouit Jean Dikoto Mandengue. « Il fallait renouer avec mon pays et montrer à la jeune génération que c’est par le travail qu’on réussit », a expliqué le célèbre bassiste.
Un moment intense de la soirée, suivi d’un autre. La prestation de André Guay, professeur de musique à l’université Marie Victorin de Montréal au Canada, qui, dans un mélange de rythmes classiques et camerounais, a entonné la chanson de l’amitié, en compagnie de l’Orchestre national. Ils célébraient ainsi 55 ans d’amitié entre le Cameroun et le Canada. Le maître devant ses élèves. Pendant 10 jours, André Guay a formé des artistes camerounais durant des ateliers riches en leçons. Parmi ses apprenants, des noms comme Franco, mais aussi des membres de l’Orchestre national. Le spectacle est en quelque sorte une conclusion haut de gamme à la formation en composition musicale, tenue à Yaoundé du 9 au 19 octobre derniers. C’était dans le cadre de la première édition de l’événement baptisé la Diffusion musicale du Cameroun (DIFFUMUSIC), organisée par l’association du même nom.
La formation était ouverte uniquement aux artistes ayant la capacité de lire des notes musicales. « La composition des musiques populaires est un cours vulgarisé, mais j’y vais plus en profondeur. Il y a des compositions qui viennent du classique, du jazz que j’ai fait, et des musiques que j’ai formulées pour que des gens qui ont peu de formation puissent également se retrouver », a indiqué André Guay. 25 artistes et enseignants de musique ont donc été édifiés grâce au doigté à la guitare de l’expert canadien. « C’est surtout la technicité qui m’a le plus marqué. Nous avons énormément appris », a reconnu Jean François Messana, technicien de l’Orchestre national. La soirée, qui a également vu les prestations du « DiploBand », groupe constitué des diplomates du ministère des Relations extérieures, s’est achevée par la remise des attestations aux participants.
 

Reactions

Commentaires

    List is empty.

Laissez un Commentaire

De la meme catégorie