Livre: Emmanuel Ndjéré commet deux ouvrages

Le magistrat vient de publier « Pratique du droit pénal au Cameroun, approche analytique », tomes I & II.

 

«Nul n’est censé ignorer la loi ». Un dicton généralement entendu ci et là. Mais comment peut-on opposer une loi pénale à un citoyen de Nkengue (dans la Lekié) qui se serait approprié un téléphone portable oublié par une commerçante dans le car de transport qui les ramenait tous de Yaoundé si la loi n’a pas été diffusée une fois sortie du parlement ? Et parce qu’entre 2005 et 2017, le Cameroun a connu une intense activité législative, il faut donc, de prime à bord, reconnaitre à Emmanuel Ndjéré, un rôle de vulgarisateur des lois. Il a commis, le 28 octobre 2017 aux Presses de l’Université catholique d’Afrique centrale (UCAC), deux livres : « Pratique du droit pénal au Cameroun, approche analytique » tome I (402 pages) et tome II (306 pages).
L’auteur, Emmanuel Ndjéré, par ailleurs président du Tribunal criminel spécial, part du constat, qu’avec le Code pénal de 2005 (procédure accusatoire mélangée de procédure inquisitoire) et les lois portant organisation judiciaire et organisation et fonctionnement de la Cour suprême (29 décembre 2006), le contenu du droit pénal s’est considérablement amélioré. Le magistrat fait quand même observer que « cet ensemble de textes était finalement constitué de plusieurs législations juxtaposées, superposées et parfois opposées ». Il va alors profiter de la promulgation du Code pénal, le 12 juillet 2016, pour promener les lecteurs, par le biais de ses analyses, commentaires et cas pratiques, à travers les détours par lesquels les praticiens ont essayé de se mouvoir, « avec courage et détermination », pour appliquer les lois pénales et parvenir à une pratique du droit pénal au Cameroun.
« Pratique du droit pénal au Cameroun, approche analytique » tomes I & II s’adressent donc à tous les justiciables. Magistrats, avocats, théoriciens, chercheurs y trouveront certainement des critiques opportunes en vue de mieux présenter le droit pénal camerounais. Quant à Emmanuel Ndjéré, enseignant de pratiques du parquet et de l’instruction à l’Ecole nationale d’administration et de magistrature depuis près de 30 ans, on lui souhaite plus d’inspiration dans ce domaine. Elle est déjà assez féconde avec notamment cinq précédents livres chez le même éditeur (presses de l’UCAC). « L’information judiciaire au Cameroun », en 2003, « La justice, la vérité et le bonheur », en 2005, « Du juge d’instruction…au juge d’instruction : quel cheminement pour quel résultat ? », 2006, « Le ministère public ou parquet tome I », 2009 et « Le ministère public ou parquet tome II » en 2011.
 

Reactions

Commentaires

    List is empty.

Laissez un Commentaire

De la meme catégorie