RDPC: remobilisation tous azimut à Sangmelima

Le chef de la délégation permanente départementale du parti pour cette unité y a bouclé samedi sa tournée de prise de contact.

A Sangmelima, il y a des choses dont on ne discute pas. Le Renouveau et son bras séculier, le Rassemblement démocratique du peuple camerounais (RDPC) y sont vivants et plus que jamais triomphants. Pour autant, en militants avisés, la quasi-totalité des populations de cette unité politique sait que l’adversité n’attend que la moindre somnolence pour sortir de l’ombre.

Samedi dernier, à l’occasion de la visite de prise de contact avec la base du chef de la délégation permanente départementale du Comité central du parti dans le Dja et Lobo I, militants, sympathisants et toutes les forces vives du département – c’était le dernière des huit étapes parcourues depuis le 5 novembre 2016 – sont venus en masse autour de Louis Paul Motaze et de tout le gotha adimistratif et politique du Dja et Lobo, pour raviver cette flamme qui les habite, entretenue par le président national du RDPC et président de la République, Paul Biya.

Entre le ministre, directeur du cabinet civil de la présidence de la République, Martin Belinga Eboutou, tous les sénateurs, députés et élus locaux, les présidents de sections du Dja et Lobo, il y avait du beau monde à Sangmelima.

En ce jour particulièrement radieux, le temps et les circonstances se sont faits complices, pour permettre aux différents orateurs de manifester leur épanchement à la fois raisonné et à quelques égards passionné.

Entre remerciements et engagements à soutenir le chef de l’Etat dans toutes ses initiatives, le maire de la commune de Sangmelima, André Noël Essiane, son premier adjoint et le président de la section OJRDPC du Dja et Lobo I ont dressé le tapis rouge au mandataire du parti, pour son message.

C’est donc un Louis Paul Motaze plutôt très convainquant qui s’est adressé à ses frères. « Le parti doit être rayonnant à l’image de ses militants », a-t-il lancé.

Et les raisons pour le justifier sont nombreuses. Le développement des infrastructures socio-économiques au cours des dernières années n’en est pas la moindre.

L’équation actuelle, selon celui est aussi le ministre en charge de l’économie, consiste à mener des actions judicieuses pour en tirer le meilleur avantage possible. Pour ce qui est par exemple des ouvertures sur les pays voisins que sont le Congo, le Gabon et la Guinée équatoriale, rendue possible par le développement du réseau routier transnational, il est question pour les populations agricoles de se constituer en associations de producteurs, pour conquérir ces marchés.

C’est le sens de l’important don en intrants et matériels agricoles fait par le plénipotentiaire du parti, pour qu’ici et partout où il est passé avant, la volonté du président national de faire du RDPC non pas un parti d’état-major mais un parti de militants et un instrument de développement participatif, se concrétise.

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category