Plan d’urgence triennal: 800 logements sociaux en vue

Au cours du Conseil de cabinet du 1er mars, le ministre de l’Habitat et du Développement urbain a fait le point de l’état d’avancement de ces chantiers.

D’ici quelques mois, huit chefs-lieux de région vont réceptionner des bâtiments flambant neufs. Ces derniers sont destinés aux logements sociaux. Il s’agit du volet habitat du Plan d’urgence triennal engagé par le gouvernement camerounais il y a quelques années.

Lors du Conseil de cabinet du 1er mars, Jean-Claude Mbwentchou, ministre de l’Habitat et du Développement urbain a exposé sur la question. Il  a fait le point de l’état d’avancement de ces chantiers, engagés dans les chefs-lieux de huit régions du pays.

En effet, la composante habitat du Plan d’urgence triennal pour la croissance économique vise à construire, dans chaque chef-lieu de région du Cameroun, excepté celles du Centre et du Littoral, 100 logements sociaux de type T3 et T4, en villas ou en immeubles. Des équipements socio-culturels associés de proximité tels que des écoles, des centres de santé, des bâtiments à usage de bureau pour les services publics, les locaux de commerce, seront également construis.

Il est aussi question, relève-t-on au Minhdu, de « réserver des espaces aménagés devant abriter une brigade de gendarmerie, un commissariat de sécurité publique, et de construire les voies de desserte pour véhicules et piétons, ainsi que des ouvrages d’assainissement ».

A ce jour, l’état d’avancement global des travaux dans les différents chantiers est de  plus de 40%. Le site d’Ebolowa dans la région du Sud est le plus avancé avec plus de 95% de travaux  achevés. A Bertoua dans la région de l’Est, ils  sont exécutés à 35%; les travaux dans la région du Sud-Ouest sont évalués à 25%. Bafoussam, Bamenda et Garoua affichent respectivement 20%, 30% et 35% de taux d’avancement. A Maroua, région de l’Extrême-nord, on parle de 40%.

L’opération dont la réalisation va coûter un peu plus de 40 milliards de F. à l’Etat du Cameroun fait face à de nombreux obstacles à l'instar de « la  morphologie de  certains  sites  et  du  climat sécuritaire qui prévaut depuis quelque  temps dans certaines régions du pays ». Au-delà de tout, le premier ministre avait prescrit «  de veiller  à 1'accélération  de  la  cadence  des  travaux  sur  tous  les  sites  et  de  lui  soumettre  une stratégie de commercialisation des logements  sociaux ».

D’après les statistiques obtenues au Minhdu, on relève le déficit en logements sociaux de près de 300.000 à 450.000 logements. Les actions engagées par l’Etat du Cameroun ont pour but de venir à bout de ce problème, ou tout au moins, de le réduire.

Reactions

Commentaires

    List is empty.

Laissez un Commentaire

De la meme catégorie