Sommet Trump-Jong-un: report possible

 Le président américain a fait savoir que la rencontre avec son homologue nord-coréen prévue le 12 juin prochain à Singapour pourrait être ajournée.

Le sommet historique entre les présidents américain, Donald Trump, et nord-coréen, Kim Jong-un prévu le 12 juin prochain à Singapour, pourrait ne plus se tenir à cette date comme initialement annoncé. Au cours d’une rencontre avec son homologue sud-coréen, Moon Jae-in, mardi à la Maison blanche, le président américain a évoqué  la possibilité d’un report de cette rencontre.

Washington conditionne la tenue de ce sommet par un ensemble de préalables à remplir par Pyongyang pour démontrer sa volonté de dénucléariser tout son pays. «Il est possible que ça ne marche pas pour le 12 juin.

Nous posons certaines conditions et je pense que nous allons obtenir satisfaction sinon la rencontre n’aura pas lieu, et dans ce cas, ce sera peut-être pour plus tard. Le sommet aura peut-être lieu à une autre date. On verra», a déclaré Donald Trump.

En échange, M. Trump promet à Kim Jong-un de garantir sa sécurité ainsi que des lendemains meilleurs. «Nous lui garantirons sa sécurité et nous en avons parlé dès le début. Il serait en sécurité, il serait heureux, son pays serait riche et d’ici 25 ou 50 ans il pourrait regarder en arrière et être très fier de ce qu’il a accompli pour la Corée du Nord et pour le monde entier», a-t-il affirmé.

Accusant les Etats-Unis de vouloir la contraindre au démantèlement unilatéral de son dispositif nucléaire, la Corée du Nord menaçait, il  y a une semaine,  d’annuler la rencontre de Singapour. Peu après la déclaration du président Trump, Mark Pompeo, le secrétaire d’Etat américain, a tenu à préciser que l’attitude adoptée par Washington consiste tout simplement à mieux s’accorder avec Pyongyang sur les sujets inscrits à l’ordre du jour. «Nous voulons nous assurer que nous sommes sur la même longueur d’onde au sujet du contenu de ce qui sera discuté», a-t-il déclaré.

Comme pour témoigner de sa bonne foi, la Corée du Nord convie depuis hier mercredi les médias étrangers à couvrir la destruction du site nord-coréen d’essais nucléaires. Des journalistes partis de Chine, de Russie et des États-Unis ont débarqué sur le site de Punggye-ri, théâtre des six essais nucléaires menés par Pyongyang. Les autorités nord-coréennes envisagent à l’occasion de faire exploser les tunnels d'accès et l’ensemble du dispositif d’enrichissement.

Reactions

Commentaires

    List is empty.

Laissez un Commentaire

De la meme catégorie