« L’Etat a pris toutes les dispositions »

 Etienne Roger Minkoulou, Directeur de l’Office du baccalauréat du Cameroun (OBC).

C’est votre première session du bac depuis votre nomination à la tête de l’OBC. Comment se déroulet-elle?

La mise en œuvre de l’organisation des examens ne requiert pas forcément une action particulière. Les séquences sont les mêmes. Elles commencent par les inscriptions et s’achèvent par la proclamation des résultats, en passant par la composition, et les délibérations. Chaque examen que l’Office du baccalauréat du Cameroun (OBC) organise répond à ce grand principe. Avant d’arriver à l’OBC, j’étais directeur des examens, des concours et de la certification au ministère des Enseignements secondaires. L’organisation des examens est la même lorsqu’on a à cœur d’implémenter les conditions d’évaluation des candidats et de s’assurer qu’elles sont les mêmes pour tout le monde. L’OBC ne conçoit pas les sujets. Il les reçoit de l’inspection générale des enseignements. Il nous revient dans un intervalle de temps bien déterminé d’acheminer ces épreuves dans des conditions règlementaires et de les conformer aux standards existants, puis permettre que les candidats soient évalués dans les mêmes exigences. C’est cela la règle du succès dans toute organisation d’un examen.

Quelles dispositions ont-elles été prises dans les zones de conflits ?

Vous faites allusion aux aspects sécuritaires. L’Etat a pris toutes les dispositions et nul n’est plus fort que l’Etat. Le ministre des Enseignements secondaires nous a déjà donné des instructions relatives à cet aspect. A l’Est, à l’Extrême-Nord, au Sud-Ouest et au Nord-Ouest, des précautions particulières ont été prises pour sécuriser les examens. Des comités de vigilance sont mis à contribution sous la supervision des délégués régionaux et départementaux. Au-delà de tout, nos forces de maintien de l’ordre sont là. Ces dispositions sont assez renforcées.

La prise en charge des intervenants aux examens a régulièrement engendré des grincements de dents. Y a-t-il des améliorations?

La prise en charge des intervenants aux examens est régie par les textes signés par le Premier ministre, chef du gouvernement. Il faut comprendre que les examens sont encadrés par la loi. Toutefois, nous sommes conscients que ces acteurs ont beaucoup de travail. Le premier message que je leur ai adressé est que je leur fais entièrement confiance. Je leur demande d’être patients. Les arriérés de paiement de l’an dernier ont déjà été épongés. Et si certains n’ont pas encore pu percevoir leurs dus, cela ne va pas tarder. Tous les intervenants qui vont se déplacer dans le cadre de la présente session vont être payés à partir de la certification ou du quitus du chef de centre et du chargé de mission. Ils vont être payés directement et les documents comptables remonteront par la suite. Avant, on faisait remonter les justificatifs de la présence effective et du service rendu dans les sous-centres d’examen et le paiement suivait. Dans ce processus, des noms étaient oubliés. Cela ne sera plus le cas. Chaque acteur repartira avec son dû. L’Etat fait ce qu’il a à faire. Nous demandons juste qu’ils soient patients.

 

Reactions

Commentaires

    List is empty.

Laissez un Commentaire

De la meme catégorie