Vaccins: on immunise la chaîne d’approvisionnement

 Une vingtaine de pays d’Afrique centrale et de l’Ouest planchent sur la question depuis lundi à Douala.

Les responsables logistiques des Programmes élargis de vaccination (Pev) d’une vingtaine de pays d’Afrique centrale et de l’Ouest sont en conclave depuis ce lundi 18 juin à Douala.

Pour un atelier de cinq jours organisé par l’OMS (Organisation mondiale de la Santé) sur le renforcement de la chaîne d’approvisionnement des vaccins dans lesdits pays. Il se trouve que cette chaîne a des problèmes, ruptures de stocks, pannes d’équipements, relevés à l’occasion d’évaluations effectuées dans différents pays.

Selon Harou Moussa, responsable de logistique pour le Bureau Afrique centrale de l’Oms, tout au long de la chaîne d’approvisionnement des vaccins, il faut des personnes compétentes, des maillons tous essentiels, pour « garantir une vaccination efficace et effective des enfants. » Il rappelle, s’agissant de l’évaluation de cette chaîne d’approvisionnement, que certains pays l’ont conduite plusieurs fois.

Outre les faiblesses susmentionnées, Harou Moussa relève des problèmes liés au contrôle de la température, aux capacités de stockage, etc. « Nous avons estimé nécessaire de relever la qualité de la chaîne d’approvisionnement, qui doit garantir et rendre disponibles des vaccins de qualité sur le terrain », indique-t-il. D’où l’atelier de Douala, destiné au renforcement des capacités des logisticiens.

Le délégué régional de la Santé publique pour le Littoral, Dr Jean II Dissongo, a estimé, dans son discours d’ouverture de l’atelier, que des logisticiens formés aux nouveaux outils de gestion logistique et aux fondamentaux de la chaine d’approvisionnement seraient d’un meilleur apport.

Parlant du cas spécifique du Cameroun, le régional de la Santé publique a expliqué que les problèmes « ne sont pas véritablement de cet ordre-là. Nous avons une chaîne d’approvisionnement qui est acceptable et satisfaisante. » Cela dit, même les acteurs locaux ont besoin d’avoir leurs capacités renforcées, « pour éviter qu’à l’avenir le problème ne se pose. »

Rappel de l’Oms hier, les Pev des pays d’Afrique subsaharienne se sont alignés aux objectifs définis dans le Plan stratégique régional pour la vaccination 2014-2020. Où ils se sont engagés à relever divers défis, dont celui d’une couverture vaccinale nationale de 90%, et de 80% dans chaque district de santé.
 

Reactions

Commentaires

    List is empty.

Laissez un Commentaire

De la meme catégorie