Activité économique: regain de croissance au 2e trimestre

Le rapport sur les comptes nationaux rendus publics par l’Institut national de la Statistique porte le chiffre à 3,9 % contre 3,2% au premier trimestre.

C’est le « fait marquant » qui a certainement abouti à la conclusion de l’Institut national de la statistique qui a rendu public mardi dernier son rapport sur les comptes nationaux du deuxième trimestre de l’année en cours. Un document qui révèle une croissance de l’activité économique à 3,9% au deuxième trimestre de l’année 2018 contre 3,2% au premier trimestre.


Read also : Transferts de fonds à l’international : c’est toujours aussi compliqué

L’on constate que le secteur secondaire (0,3 point à la croissance du Pib) y est pour beaucoup car au cours de cette période a connu une embellie. Les chiffres indiquent que « le secteur secondaire poursuit sur une tendance positive de 1,0 % après 1,3% observé au premier trimestre de l’année 2018 ». Plusieurs facteurs indiquent cet état de choses. Le secteur des Btp par exemple qui se porte bien avec une contribution de 0,4 points à la croissance du Pib. Un état de santé justifié, selon le rapport, par l’accélération de certains projets d’infrastructures et l’accélération des travaux de construction lié à l’organisation de la Can 2019.


Read also : « Des restrictions liées à la circulation des devises »

Il y a également les autres industries manufacturières qui ont contribué à booster notre croissance avec leur contribution à hauteur de 0,14 point. Ce sont notamment, les industries de la transformation du bois, la fabrication des boissons, la fabrication des meubles, le raffinage du pétrole brut et la production de caoutchouc et dans une moindre mesure les activités de production et distribution d’électricité, peut-on lire dans le rapport. Cependant le repli des activités dans les secteurs de pétrole brut et l’agroalimentaire ont freiné la croissance de ce secteur.


Read also : Marché financier : de nouveaux intermédiaires en Afrique centrale

Le secteur primaire est également dans une courbe croissante, précisément porté par le sous-secteur de la sylviculture et exploitation forestière (0,5 point à la croissance du Pib). La distribution des semences améliorées aux producteurs a aussi contribué à booster le secteur de l’agriculture vivrière (0,3 point à la croissance). Il faut dire que les activités de l’agriculture industrielle et d’exportation enregistrent une baisse, du fait de la réduction des quantités de productions de certaines cultures notamment dans les régions en proie à une insécurité sociopolitique.


Read also : Accompagnement des Pme : l’Onudi répond présente

Malgré le ralentissement des activités du secteur tertiaire, il reste le moteur de la croissance du pays avec une contribution de 2,4 points au cours du deuxième trimestre 2018. Pour ce qui est de la demande, au cours de la deuxième période analysée par l’Ins, l’on note une évolution de la consommation finale, précisément celle des privés, portée par une forte demande de certains produits par les ménages.


Read also : Agriculture et Développement rural : trois nouveaux responsables en poste

Les investissements sont eux aussi en hausse, tout comme au premier trimestre. Ceci du fait de la demande sans cesse croissante des machines et appareils électriques, matériels de transport et Btp. On peut également relever une balance commerciale déficitaire au cours de cette période avec le repli des exportations et une hausse des importations.


Read also : Projets à financements conjoints : comprendre les fonds de contrepartie

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category