Spectacle: bons souvenirs d’Elvis Kemayo

Le chanteur a offert un retour dans le passé à un public enthousiaste samedi à Douala.

« Cameroun berceau de mon enfance ». Plus qu’un succès qui a fait le bonheur des mélomanes d’Afrique au début des années 80, ce tube d’Elvis Kemayo est une chanson patriotique. Un hymne par lequel le chanteur a ouvert son spectacle le 10 novembre 2018 à la salle Falaise Diamond à Douala.

Le show, intitulé « le grand come-back d’Elvis Kemayo », a duré plus de deux heures, avec une première partie assurée par la jeune Merveille Onguene. Avant que le livre d’histoire musicale du fringant septuagénaire, tout de blanc vêtu, une voix de jeune premier, soit ouvert au public venu nombreux. Avec étonnamment beaucoup de jeunes. Un public qui aura droit à une vingtaine de pépites sorties de la boite à souvenirs d’Elvis Kemayo.

Et pas question de rester sagement assis. Les morceaux du showman incontesté Elvis, en douceur comme en accéléré, slow, zouk, pop, disco, funk, soukouss… se dansent jusqu’à l’oubli. Bien entendu, ils se reprennent aussi en chœur, comme s’ils n’avaient pas plus de 30, 40 ans pour certains, comme s’ils avaient été composés hier. « Mama », « Africa music non stop », « Le Fric », « Allo Allo Doudou », « Lisa my love », « Te Revoir », « Mahelady », « Associé », « Tu es l’amour de mes rêves », « Les Divorcés » (une reprise de Michel Delpech), « L’Amour avec toi », etc. Et en bon séducteur, « Elvisi », comme l’appelait sa mère, a interprété beaucoup de chansons d’amour. Pour le plus grand bonheur des femmes, les plus nombreuses à monter sur scène encourager et embrasser l’artiste.

Et le crooner a donné, entre chansons et petites histoires amusantes. Lui dont la générosité a offert au Cameroun l’une des émissions les plus marquantes de l’histoire de sa télévision, « Télé Podium » (1986-1989). Une générosité qui, la veille du concert, l’a conduit dans une école primaire de Douala, le groupe scolaire bilingue Les Laitières, afin de partager la scène avec des enfants. Et Elvis Kemayo, il est aussi reconnaissant.

Envers le quartier qui l’a vu naitre et grandir et auquel il a rendu hommage samedi à travers « New Bell Douala ». Envers les fans qu’il a pris le temps de saluer et de remercier à la fin du concert.

La reconnaissance, le prénommé « Pierre » de naissance, en a aussi fait preuve sur le podium, à son équipe de 17 musiciens menés par le chef d’orchestre et bassiste Arthur Manga. Un groupe dans lequel on a aussi retrouvé les compagnons de l’aventure « Télé Podium », au commencement de l’orchestre de la Crtv, le saxophoniste ténor Marcel Talla et le multi-instrumentiste Victorien Essono, trompettiste pour l’occasion.

Reactions

Commentaires

    List is empty.

Laissez un Commentaire

De la meme catégorie