Show: K-Tino sert du « Watafufu»

C’est une chanteuse nouvelle qu’on découvre dans un bikutsi épuré. Le vidéogramme de son single a été mis en ligne en juillet dernier.

C’était le clip le plus attendu par les adeptes du bikutsi. Depuis l’annonce de son retour audevant de la scène le 30 avril dernier via les réseaux sociaux, les internautes ne se sont pas privés de manifester leur enthousiasme. De quoi va-t-elle parler ? Ce sera du gospel ? Comment sera-t-elle vêtue ? Autant de questions posées par les mélomanes pour des raisons évidents.


Read also : Dédicace : la tradition, gage du développement africain

Des questions qui trouvent leur essence suite à « la reconversion » de la « femme du peuple ». En 2014, celle qui s’est fait connaître par ses vidéogrammes jugés obscènes et ses lyrics à forte connotation sexuelle avait décidé de « consacrer sa vie à Dieu ». Normal que sa nouvelle chanson suscite attente et curiosité au sein du grand public.


Read also : Jean-Marie Teno : cinéaste engagé pour les femmes

Les mélomanes ont pu découvrir la nouvelle K-Tino le 27 juillet dans un vidéogramme de près de cinq minutes réalisé par Guy Zambo.  Fidèle à elle-même, l’ex protégée de Zanzibar a signé son retour dans un bikutsi dont elle seule détient le secret depuis plus de 20 ans. « K-Tino reste sur cette ligne musicale assez puissante qu’est le bikutsi.


Read also : 30 ans de carrière : Annie Anzouer enchante Douala

Elle l’a toujours fait en exigeant cette touche de guitare de la part de son rythmeur et un style d’arrangement dans lequel elle place la voix et on entend un artiste faire les vocalises. Elle répond également à cette nouvelle exigence de guitare d’écoute », a relevé le Pr. Daniel Anicet Noah, mélomane.


Read also : Blanche Bailly : sulfureuse féministe

C’est un clip frais exquis avec des chorégraphies osées de l’artiste et ses danseuses qu’elle offre à ses fans qui lui sont restés fidèles depuis le début de sa carrière. Celle qui a brillé il y a quelques années par ses tenues obscènes a fait un gros effort côté tenues dans « Watafufu ». Pas de vêtements laissant voir ou suggérer ses formes ses parties intimes.


Read also : Effie Marcy : montée en rythme

On y retrouve une K-Tino stylée et rayonnante dans des tenues urbaines et traditionnelles. « J’apprends à être mature », a confié l’auteure de « Poto poto ». Depuis la sortie du single, la reine du bikutsi enchaîne les tournées internationales et les showcases. Elle a toujours sa place dans l’univers musical camerounais où la concurrence est de plus en plus rude


Read also : Musique : Singuila à cœur ouvert

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category