Gestion des fréquences : on cherche la bonne formule

Les conclusions du forum ouvert mercredi à Yaoundé par le Minpostel seront connues ce jour.

 

Les progrès accomplis dans le domaine des TIC entraînent au quotidien de nouvelles demandes en termes de spectre de fréquence. Aussi, une utilisation et une planification appropriées de celui-ci ont-elles un impact sur le développement des pays. Les conclusions du forum sur la gestion des fréquences initié par la Commonwealth telecommunications organization (Cto) seront connues ce vendredi. Organisé au Cameroun par l’Agence de régulation des télécommunications (ART), l’évènement est placé sous la supervision du ministère des Postes et des Télécommunications (Minpostel). La cérémonie officielle s’est tenue mercredi en présence du Minpostel, Minette Libom Li Likeng. A ses côtés, Shola Taylorn, secrétaire général de la Cto, Kezias Mwale, coordonnateur des radiocommunications à l’Union africaine et Diana Tomimura, senior policy officer à l’Union internationale des télécommunications. 

Pendant trois jours, les experts et responsables des différentes institutions de télécommunications internationales ont partagé les informations techniques et pratiques en radiocommunications entre les continents, découvert les nouvelles initiatives visant à harmoniser les attributions de bandes de fréquences, et renforcé les capacités des parties prenantes dans la gestion du spectre allant. Les participants ont également planché sur l’optimisation de la capacité de la gestion du spectre pour le développement des communications de larges bandes. Autres points au menu, l’utilisation efficiente du spectre, la planification des ressources fréquentielles de 5e  génération et l’état des lieux de la transition de l’analogie au numérique.

 

Les services de radiocommunications apprendront à utiliser les spectres de fréquences selon les directives de l’UIT.

Reactions

Commentaires

    List is empty.

Laissez un Commentaire

De la meme catégorie