Le Minac prend les commandes

Depuis le jeudi 20 décembre 2018, cette compétition nationale de beauté ne relève plus du COMICA présidé par Ingrid Solange Amougou.

Le communiqué signé du ministre des Arts et de la Culture en date du 20 décembre 2018 a provoqué des secousses dans le milieu culturel. Miss Cameroun, le concours de beauté le plus renommé du pays, n’est plus l’apanage du Comité connu sous le nom de COMICA, présidé par Ingrid Solange Amougou. « Le ministère des Arts et de la Culture a décidé de se réapproprier, au nom du gouvernement, le concept Miss Cameroun et subséquemment, l’organisation du concours de beauté y relatif », peut-on lire clairement dès les premières lignes dudit communiqué, qui précise que cette option est une prescription de la haute hiérarchie.

La suite de la lecture du document signé de Narcisse Mouelle Kombi se veut explicite, en confirmant que ce retrait des rênes de Miss Cameroun à l’équipe du COMICA est consécutif « aux incidents récurrents ayant impacté négativement, ces dernières années, ledit concours ». Dans un souci de préservation de l’image de cet événement culturel et de celle du pays de manière générale, de nouvelles modalités encore en étude, seront mises sur pied et dévoilées en temps opportun au public. Cette décision prise par l’Etat à travers le MINAC surprend d’autant plus que deux jours plus tôt, le 18 décembre 2018, les responsables dudit Comité annonçaient au cours d’une conférence de presse à Yaoundé, les modalités et la tenue l’an prochain de la 14e édition, entre juin et juillet 2019.

Approchée, Ingrid Solange Amougou explique qu’en maintenant cette rencontre, elle ne voulait en rien engager un bras de fer contre l’Etat, mais contenter ses partenaires à qui des promesses avaient déjà été faites. Elle a confié son émoi sur cette situation : « Mon brevet a véritablement été déposé et renouvelé à l’OAPI… Je suis très déçue, mais je ne peux rien faire, je ne peux pas livrer une bataille contre l’Etat ». En attendant, l’Etat a pris sa décision : le concours Miss Cameroun relève désormais de la responsabilité du ministère des Arts et de la Culture. Dans un souci de préservation de l’image de cet événement culturel et de celle du pays de manière générale, de nouvelles modalités encore en étude, seront mises sur pied et dévoilées en temps opportun au public comme l’annonce le communiqué

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category