Eknock Pumpe: Une autre version de l’afro-pop

Le jeune artistecamerounais vivant auNigeria veut seréapproprier les bases del’afro-pop avec une pinced’originalité.

Son pays de naissance a certainement eu une influence sur lui. C’est au Nigeria qu’il a vu le jour mais il reste profondément attaché au Cameroun, pays d’origine de ses parents. Eknock Pumpe espère redonner un souffle à la musique afro-pop. Et il s’en donne les moyens. Celuiqui se fait appeler « The King of Mamfe » a sorti cette année 2018 un album riche de neuf titres dans les bacs dont deux en featuring avec Kenny Allen. Deux des titres qui permettent de distinguer l’artiste aux influences nigérianes et camerounaises, c’est sans doute « Taye se », densément nourri d’anglais et de pidgin, mais aussi « Chakalaka».

Le onzième d’une fratrie de onze agrandi à Calabar au Nigeria où il a mené des études supérieures en informatique. Fortement influencé par le pays qui l’a vu naître et grandir, il va également s’y tailler une expérience dans le domaine musical. Et le déclic, ce sera en 2008 quand il va commencer à travailler entant que professionnel sur des projets artistiques. Avant de foncer sur scène en solo dès 2014. Il a déjà à son actif trois albums sur le marché, dont « Independant at Last », « King of Mamfe » et le dernier sorti, « Everythang Nice, Everythang Spice ». Le jeune homme qui reste attaché au Cameroun par son style adopté par sa musique, a déjà créé son propre label « Yang Records ».

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category