Un signe encourageant

Malgré la résistance obstinée des terroristes, les troupes gouvernementales irakiennes avancent à Mossoul, la deuxième ville du pays. Improbable il y a quelques  mois, l’opération de reconquête des villes assiégées par l’Etat islamique (EI) est rendue possible grâce au soutien de la coalition  internationale contre ce  groupe terroriste.
Il est clair que la bataille de Mossoul participe de la lutte globale contre l’Etat islamique en Irak et en Syrie. C’est pour cette raison qu’au moment où les combats pour déloger les terroristes de leur fief de Mossoul se poursuivent, une autre opération a été lancée dimanche dernier par les forces arabo-kurdes avec le soutien de la coalition internationale contre la ville de Raqqa, considérée comme le fief syrien de l’EI. Les combattants kurdes, qui s’opposent héroïquement aux terroristes depuis leur intrusion en 2014, souhaitent jouer les premiers rôles dans libération de Mossoul. Ils estiment que la délivrance de cette ville historiquement sunnite n’est pas seulement militaire. Elle doit s’accompagner d’un processus social, économique et politique qui suppose la cohésion entre le gouvernement du Premier ministre irakien, Haïdar al- Abadi et les combattants kurdes. 
La reconquête de Mossoul est si encourageante qu’elle s’intègre dans une série de revers subis par l’EI en  Irak et en Syrie depuis 2015 réduisant ainsi son influence territoriale de 25 et 40 %. Le 26 janvier 2015, l’EI a été chassé de la ville frontalière de Kobané après quatre mois de violents combats par les unités de protection du peuple kurde appuyés par les frappes aériennes de la coalition internationale. Le 31 mars 2015, la ville irakienne de Tikrit a été reprise aux mains des terroristes. Le 13 novembre 2015, la ville irakienne de Sinjar a été reconquise. Le 8 décembre 2015, la ville irakienne de Ramadi a été récupérée. Le 27 mars, la ville syrienne de Palmyre a été affranchie  avec le soutien de l’armée russe.       
Autant les troupes loyalistes irakiennes et syriennes progressent, autant les jihadistes de l’EI reculent. D’où le devoir de maintenir la pression pour les mettre hors d’état de nuire.       
 

Reactions

Commentaires

    List is empty.

Laissez un Commentaire

De la meme catégorie