Arts plastiques: la démonstration au Fenac

Le mouvement de la Réunification accueille l’exposition du FENAC jusqu’à dimanche.

Les arts plastiques en bonne place au Festival national des arts et de la culture. Le vernissage de l’exposition ouverte mercredi dernier au Monument de la Réunification à Yaoundé par le ministre des Arts et de la Culture, le Pr. Narcisse Mouelle Kombi, a permis de vivre avec les artistes des moments privilégiés. Comme l’a rappelé Michel Ndoh Ndoh, commissaire de l’exposition, elle se décline en trois parties. Des photographies illustrant les projets structurants constituent le premier volet. Les visiteurs découvrent, souvent étonnés, des chantiers comme le port autonome de Kribi, le barrage hydro-électrique de Memve’ele, les Stades Omnisports de Yaoundé et de Limbé, etc., de leur naissance à leur finition. 
La deuxième partie, quant à elle, plonge artistes et participants dans les profondeurs de l’art plastique et visuel, entre performance et installation. D’après Narcisse Mouelle Kombi, cette exposition offre à chacun l’occasion de « découvrir les merveilles de la peinture, de la sculpture, du dessin, de la céramique d’art, du design, de la photographie et de cette nouvelle forme d’expression artistique qu’est la pictosculpture. » 
A ce vernissage, Nicolas Eyidi et Angèle Etoundi Essamba, deux ambassadeurs de l’art photographique, ont sorti quelques morceaux choisis de leur travail. Sont présentés : deux clichés baptisés « La déesse du Wouri » et un autre représentant une danse rituelle Nouldang dans l’Extrême-Nord. Fidèle à ses principes de mise en valeur de la femme, Angèle Etoundi Essamba a dévoilé deux clichés en noir et blanc, et un autre en couleur. « C’est très expressif. On a l’impression de se noyer dans le regard d’un de ses modèles », a reconnu un visiteur. Des œuvres de plasticiens célèbres comme Barthélémy Toguo et Othéo côtoient celles de jeunes artistes comme Sunng Nnu et son « Black Holocaust ». 
La troisième partie de cette exposition du Monument de la Réunification se décline à travers des photographies historiques, avec quelques-unes tirées des Archives nationales. Elle est organisée en partenariat avec l’Ambassade de Suisse au Cameroun sur le thème : Le Cameroun vu par Jacques Thevoz en 1961 ». Eliane Thevoz, une des proches du photographe disparu il y a 30 ans, a d’ailleurs fait le déplacement pour cette cérémonie, tout comme l’ambassadeur de Suisse au Cameroun. Une exposition à découvrir jusqu’à ce dimanche. 
 

Reactions

Commentaires

    List is empty.

Laissez un Commentaire

De la meme catégorie