Sanzy Viany, fille du soleil

Le projet « Sun Touch » de la chanteuse a illuminé deux nuits à Douala et Yaoundé, les 6 et 13 avril 2019.

Le 13 avril dernier, Sanzy Viany était sur la scène de l’Institut français du Cameroun, antenne de Yaoundé, pour la deuxième date de son projet de spectacles « Sun Touch ». Projet lancé à Douala le 6 avril dernier, par un concert à la Chaumière Jazz Club de Bonapriso. Une salle réduite pour une atmosphère plus intimiste, qui n’en a que plus rapproché la chanteuse de son public, son « groupe d’anges spécial », comme elle l’appellera.

Ses autres anges, c’étaient aussi les musiciens, basse, batterie, claviers, les choristes, qui ont accompagné Sanzy Viany dans son revival sur la scène camerounaise. Après une interruption de quelques années côté spectacles, quatre, dira l’impresario du soir, Falix Des anges donc, êtres de lumière, pour cheminer aux côtés du Soleil, « Viany ». D’où le projet « Sun Touch », message de paix et d’amour.

Ensemble, ils ont refait le parcours de Sanzy, en deux albums et un maxi single. Depuis «Akouma» il y a 10 ans, à « Ngul Yam » l’année dernière, en passant par « Ossu ». Et pour les retrouvailles avec le public « doualais », c’est une Miss Viany, tout de jaune vêtue – ou presque –, couleur soleil, qui a fait irruption sur la scène pour revisiter ses meilleurs titres, à une nouvelle sauce mêlant reggae, jazz, assiko eton, bikutsi, ekang, soul, gospel, etc.

Et que dire de sa voix ? Un coffre plus impressionnant, avec une profondeur qui rappelle celle des tableaux d’Edouard Manet, (peintre français multi-courants du 19e siècle). Des associations musicales, comme celle avec la chanteuse Gaelle Wondje, qui ont ainsi donné un souffle nouveau à des titres comme « Mpang Minga », « Bi Ne Ntchama», « Me Teug », « Ossu ». Et le public ne s’y est pas trompé, avec des applaudissements nourris.

Des invités avec lesquels Sanzy n’a pas arrêté d’échanger, qu’elle n’a pas hésité à mettre à l’aise aussi, avec une plaisanterie par ci, des talons noirs enlevés par-là, des « devoirs » de reprise de refrains, des « notes » at tribuées au meilleur groupe de «chanteurs », des rires partagés.

Une personnalité lumineuse en accord avec l’intitulé du projet, « Sun Touch », qui puise dans l’amour de son entourage la force de ne pas s’écrouler après la perte d’un pilier de sa vie privée comme professionnelle, un être plus que cher, la source de sa force : sa mère.

Pour celle qu’elle a enterrée il y a quelques jours mais qui sera toujours à ses côtés, Sanzy Viany va demander une minute de silence à la salle. Pour sa mère, Miss « Soleil » compte bien continuer ce qu’elle fait de mieux : la musique. Ce qu’elle compte aussi poursuivre, c’est son hommage aux aînés encore vivants. Pour « Sun Touch », c’était Claude Ndam avec la reprise de « U nguo ya ».

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category