Prévention routière : le 1501 vulgarisé

Ce numéro vert qui sert à dénoncer tout acte répréhensible commis par des gendarmes vient d’être présenté aux usagers de Douala.

Des flyers comportant le numéro vert de la gendarmerie nationale abondamment distribués le week-end dernier aux usagers des Nationales n°3 et 5. Le 1501, qui permet de dénoncer tout acte de corruption, de prévarication, d’abus et de torture commis par des gendarmes. Pour le chef d’escadron Marie-Gertrude Yebga, chef du détachement « Bravo » sur l’axe Douala-Nkongsamba, « c’est le droit des usagers, nous sommes là pour assurer la sécurité des populations et de leurs biens ».

Mais lors de cette sortie, qui entrait dans le cadre de la prévention routière, le chef d’escadron va aussi relever des où des usagers transportent carburant et personnes dans un même véhicule… Les gendarmes ont également ouvert l’œil lors des fouilles, grâce au matériel de pointe (détecteur de métaux, miroir réfléchissant, torche spéciale qui permet de fouiller aussi de nuit), et ont ainsi pu s’assurer des identités et de l’état des véhicules.

Le lieutenant-colonel Dieudonné Mevono, du détachement « Alpha » sur l’axe Douala-Yaoundé, va résumer le travail fait sur son tronçon : « Nous avons deux types de mesures que nous déployons sur le terrain : des mesures d’ordre général, habituellement prescrites par le secrétaire d’Etat à la Défense chargé de la Gendarmerie.

Il s’agit de continuer l’éducation, la sensibilisation, la prévention auprès des populations et des usagers de la route sur les dangers. Rappeler les différentes règles liées à la circulation ». A côté, il y a des mesures spécifiques, en raison notamment de la préparation de la fête nationale. Il est question de sécuriser les axes routiers qui conduisent vers les principales agglomérations du pays.

L’officier supérieur a constaté une persistance des comportements déviants : l’excès de vitesse, le non-respect des signalisations… Il a aussi noté une persistance du mauvais état technique des véhicules. « C’est vrai que nous sanctionnons, mais nous poursuivons avec la sensibilisation et l’éducation, pour qu’enfin la sécurité sur nos routes s’améliore effectivement », indique le lieutenant-colonel Mevono.
 

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category