Russie -Etats-Unis: un signe de détente

L’entretien téléphonique Vladimir Poutine-Donald Trump de lundi n’est pas surprenant. Le rapprochement avec la Russie a été l’un des leitmotivs de la campagne du nouveau président américain dans le domaine de la politique étrangère. De même, les deux chefs d’Etat ont déclaré leur estime mutuelle. Ils ont également la même aversion du politiquement correct et le mépris du vieil ordre international.
Il reste cependant que la proximité idéologique et affective des deux dirigeants ne garantit pas du tout leur rapprochement politique et stratégique. Depuis l’élection de Vladimir Poutine à la magistrature suprême, tous les présidents américains ont proposé une alliance à la Russie. Toutes ces initiatives sont demeurées lettre morte y compris  le « redémarrage » des relations entre les deux pays annoncé par le président américain sortant, Barack Obama en 2008. Les divergences géopolitiques structurelles entre les Etats-Unis d’Amérique et la Russie sont telles qu’une entente entre ces deux super puissances est difficile. Il suffit de relever que les relations entre ces deux pays sont actuellement à un niveau particulièrement bas depuis la fin de la guerre froide en 1991 notamment à cause de leur opposition sur le conflit syrien et la crise ukrainienne.
Dans le cas syrien, on sait que les Etats-Unis sont opposés au régime en place contrairement à la Russie qui lui accorde son soutien. On sait également que les deux super puissances n’ont jamais pu harmoniser leurs positions au sujet d’une vaste coalition internationale pour combattre le terrorisme en Syrie et en Irak. Au point  où chaque pays mène sa guerre contre le terrorisme selon sa vision pendant que le conflit syrien perdure. Dans le cas ukrainien, on  sait aussi que l’approche russe est différente de celle des Etats-Unis. 
Malgré ces désaccords, la volonté affichée par Vladimir Poutine et Donald Trump peut effectivement déboucher sur  la  normalisation des relations entre les Etats-Unis et la Russie. Dès lors, l’entretien téléphonique d’avant-hier apparaît comme un signe de détente dont les effets seront appréciés à l’aune du désir des deux présidents de bâtir une coopération constructive.    
 

Reactions

Commentaires

    List is empty.

Laissez un Commentaire

De la meme catégorie