Facilité élargie de crédit : 44,5 milliards de F de plus

En validant ce décaissement mercredi dernier à Washington, le conseil d’administration du Fonds monétaire international a également formulé des recommandations au gouvernement.

L’information a été rendue publique le 17 juillet en début de soirée. Le Cameroun va recevoir un cinquième décaissement dans le cadre du programme économique et financier adossé sur la facilité élargie de crédit avec le Fonds monétaire international (FMI). Une enveloppe de 55,2 millions de Droit de tirage spéciaux (environ 76,2 millions de dollars) soit 44 milliards de F. Ce décaissement qui porte à 217,8 milliards de F le montant en faveur du Cameroun, intervient au terme de la quatrième revue du FMI qui a eu lieu en mai dernier. Le ministre des Finances, Louis Paul Motaze indique justement que, « cette décision des administrateurs du FMI vient ainsi renforcer la crédibilité du pays vis-à-vis des partenaires techniques et financiers ». Au cours du conseil d’administration du 17 juillet, les performances du Cameroun ont été appréciées. D’après les administrateurs, les objectifs ont été atteints en fin décembre 2018. Notamment celui relatif au déficit budgétaire. « Il est essentiel de renforcer la discipline budgétaire pour atteindre les objectifs à la fin 2019 fixés dans le programme et atténuer les risques liés aux chocs extérieurs et aux problèmes de sécurité.», peut-on lire dans le communiqué final du FMI.
Comme autres recommandations de l’institution de Bretton Woods, on note : le non recours à de nouveaux emprunts non concessionnels; le respect strict du plan de décaissement des prêts contractés mais non dépensés pour préserver la viabilité de la dette; une bonne hiérarchisation des projets et une efficience accrue des investissements afin de « répondre aux besoins de développement tout en favorisant une gestion prudente de la dette. L’amélioration de la viabilité financière des grandes entreprises publiques à l’aide de contrats de performance et de réformes ciblées des prix administrés réduira le recours aux subventions et atténuera les risques liés aux passifs conditionnels.», a poursuivi Mitsuhiro Furusawa, directeur général adjoint et président par intérim dans sa déclaration. Le Cameroun devra aussi améliorer l’inclusion financière, le climat des affaires et la gouvernance. Ceci devra permettre un meilleur développement du secteur privé. Le gouvernement du Cameroun reste engagé à maintenir la dynamique des réformes, indique Louis Paul Motaze dans le communiqué. C’est le 26 juin 2017 que le Conseil d’administration du FMI a approuvé un accord triennal au titre de la facilité élargie de crédit en faveur du Cameroun d’un montant de environ 666,2 millions de dollars soit près de 380 milliards de F pour accompagner le programme de réformes économiques et financières du pays. 
 

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category