Entraîneurs : des locaux à la hauteur

avatar

Avec deux représentants en finale, le continent a montré de quoi il était capable dans ce domaine.

Lors de la CAN 2017, seuls quatre sélectionneurs sur 16 étaient Africains. Cette fois, ils étaient 11 présents sur les bancs de touche en Egypte, avec, cerise sur le gâteau, un duel africano-africain en finale avec le Sénégalais Aliou Cissé et l’Algérien Djamel Belmadi. Deux hommes qui se connaissent très bien et qui ont en commun d’avoir bataillé pour se retrouver là. Le Sénégalais a en effet dû faire des pieds et des mains pour convaincre sa fédération de le choisir alors qu’elle visait le Français Alain Giresse. L’Algérien lui était considéré comme un choix par défaut alors que l’opinion souhaitait le retour de Vahid Halilhodvic tandis que la Fédération penchait pour le Portugais Carlos Queiroz. Une belle revanche donc pour l’expertise locale. La dernière fois où l’on a vu deux coachs africains en finale d’une CAN remonte à 1998. Au Burkina Faso, on avait eu droit à un duel entre l’Égypte de Mahmoud el-Gohary et l’Afrique du Sud de Jomo Sono. Une fierté donc et certainement un tournant même si les sélectionneurs restent les plus exposés quand ça va mal. 
Certaines fédérations n’ont en effet pas attendu la fin de la compétition pour couper des têtes. Ainsi, depuis la phase de poule, on a assisté aux départs ou limogeages de Paul Put (Guinée), Emmanuel Amunike (Tanzanie) ou encore de Sébastien Desabre (Ouganda). Dans la foulée, l’Egypte a eu la main la plus rapide avec le limogeage du Mexicain Javier Aguirre, et de tout son staff, après l’élimination du pays hôte en 1/8e de finale de la compétition. Suivie de la démission du président de la Fédération égyptienne de football, Hani Abou Rida. Au Cameroun, la sortie du tenant du titre au même stade de la compétition n’a pas été appréciée puisque Clarence Seedorf et son adjoint Patrick Kluivert ont été priés de libérer le plancher. Incapable de qualifier le Maroc pour les quarts de finale, Hervé Renard a annoncé sa démission, même s’il précise que sa décision avait été prise bien avant la CAN 2019.  Et ce n’est certainement pas terminé dans les autres sélections.
 

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category