Ouest : les chefs traditionnels prient pour la paix

La caravane pour la paix et le vivre ensemble a fait escale samedi dernier à Bamendjo dans la région de l’Ouest.

C’est un cri de cœur et d’amour pour le retour de la paix que les chefs traditionnels de l’Ouest et leurs homologues venus des autres régions du pays ont lancé samedi dernier à Bamendjo, dans le département des Bamboutos. Les autorités traditionnelles ont imploré le pardon du Très-Haut afin que la paix revienne dans toutes les régions du pays, notamment celles du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, pour permettre le développement harmonieux au profit de toutes les couches sociales. Leur initiative rentre dans le cadre de la caravane pour la paix et le vivre ensemble, un mouvement lancé à Batchenga, dans la région du Centre le 22 juin dernier, et qui était à sa troisième escale à l’Ouest, après les étapes du Littoral et de l’Est.
Sa Majesté Prosper Parfait Mbassi Bessala, coordonnateur de cette caravane de la paix et du vivre ensemble, a lancé un appel aux jeunes Camerounais afin qu’ils déposent les armes et reprennent le chemin de l’école lors de la prochaine rentrée scolaire. Il a indiqué que la place des enfants n’est pas dans la brousse ou la forêt. « Ils ne peuvent pas prétendre gouverner ou gérer un pays avec des enfants non éduqués ou mal éduqués. Ce serait perpétrer le désordre. La paix est une obligation, une nécessité dans la famille. Nous devons nous asseoir pour que des solutions communes, consensuelles soient trouvées pour que le Cameroun retrouve sa paix et son vivre ensemble d’antan », témoigne le monarque.
Le chef Bamendjo, SM Maurice Tchio, point focal de l’organisation, s’est réjoui de la mobilisation observée, signe de ce que les cieux ont été écouté le cri des chefs traditionnels. « Il était temps de nous lever pour dire stop devant les atermoiements de certains, la violence des autres et le manque d’humilité. Il devenait inadmissible que nous restions indifférents comme si les ancêtres n’avaient pas assuré leur relève. L’acte que nous posons aujourd’hui est similaire à celui organisé ici à Bamendjo après les troubles de 1960 pour mettre fin aux exactions qu’orchestraient les pêcheurs en eaux troubles. Nous avons la vive conviction qu’à partir de cette étape, beaucoup de choses vont changer au Cameroun », témoigne SM Maurice Tchio. La plantation d’arbres a constitué un moment fort de cette cérémonie ainsi que le rituel traditionnel proprement dit. La prochaine escale de cette caravane a lieu dans la région du Sud. 
 

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category