Protection des enfants: le forum des gouverneurs engage le combat

Ministres du culte, autorités administratives et traditionnelles et les élus de la région ont signé un engagement avec l’Unicef afin de protéger l’enfance.   Batoua Banam, bourgade située dans l’arrondissement de Djohong, département du Mbéré. Le maire Oumarou Issama de Djohong où se trouve ce village d’éleveurs de la région de l’Adamaoua expérimente voilà plus d’un an une recette qui commence à payer. Lors des déplacements permanents qu’effectuent ses agents communaux dans les villages reculés et difficiles d’accès afin de procéder aux démarches préliminaires d’établissement de l’acte de naissance, une scène insolite se produit, il y a quelques mois. En effet, l’agent communal affecté dans la localité de Batoua Banam rencontre une fillette de 15 ans portant un bébé d’à peine un mois. Il croit d’abord que c’est la berceuse, ou encore la sœur ainée. Que non ! Lorsqu’elle sort un sein pour allaiter son nourrisson, l’agent communal réalise qu’il a affaire à une jeune maman. S’étant rapproché, il lui demande s’il a fait établir un acte de naissance pour son bébé. La réponse est inattendue : « non ! ». « Et pourquoi ? », insiste l’agent communal. « Si mon mari l’apprend, il va me répudier », lâche-t-elle avant de prendre la fuite. Dans l’exposé que va donner le magistrat municipal, on apprendra que les pesanteurs cultuelles et culturelles y participent fortement. Nombre de femmes dans les villages préfèrent encore se faire accoucher hors des centres de santé, prétextant que cela se fait sans douleurs et sans coût. Ce qui est vrai pour l’acte de naissance, l’est aussi bien pour les vaccinations, le suivi de la grossesse, la scolarisation des enfants ou encore le respect des prescriptions légales qui interdit le mariage des mineurs. Ce témoignage poignant du maire de Djohong résume à lui seul la problématique du « forum des gouverneurs » tenue à Ngaoundéré en fin de semaine dernière. Durant deux jours, le gouvernement camerounais avec l’appui de l’organisme du Système des Nations unies pour l’enfance, Unicef ont monté d’un cran le plaidoyer pour l’accès à la santé, la nationalité, l’éducation et une croissance normale des adolescentes. Les ministres du culte, autorités administratives et municipales des 21 arrondissements de l’Adamaoua mis à contribution pour répercuter les engagements pris.

Reactions

Commentaires

    List is empty.

Laissez un Commentaire

De la meme catégorie