Système judiciaire : pour une cohabitation des cultures juridiques

Les recommandations à l’issue du Grand dialogue national ont mis l’accent sur le respect des spécificités.

L’un des domaines ayant déclenché les revendications à l’origine de la crise dans le Nord-Ouest et le Sud-Ouest était celui de la justice. Il est donc normal que les débats au sein de la commission Système judiciaire, lors du Grand dialogue national, aient été houleux. A l’issue de ces échanges entre experts et praticiens, il a été recommandé plusieurs actions à mener. Parmi cellesci, la traduction de tous les instruments juridiques et leur publication simultanée dans les deux langues officielles. Ceci, comme on peut bien s’en douter, pour résoudre le problème de compréhension qui s’est souvent posé chez certains praticiens, avec un impact négatif sur la qualité des décisions à prendre.

En outre, la commission Système judiciaire a préconisé de tenir compte du critère de la maîtrise préalable de l’anglais et de celle du système juridique de la Common Law. Ceci, lors du déploiement du personnel judiciaire dans les régions du Nord- Ouest et du Sud-Ouest. Car, comme les avocats l’ont régulièrement déploré, il y a souvent eu un déficit de communication entre accusés et des chefs de juridictions dans ces régions. Parlant justement d’avocats, leur formation préoccupe. En effet, il a été recommandé de créer une école de droit pour la formation des avocats et de tous les praticiens du droit en général au Cameroun.

Sur un autre plan, l’on souhaite qu’il soit érigé la Section de la Common Law de la Cour suprême du Cameroun en une Chambre à part entière comprenant toutes les sections traitant de questions spécifiques de la Common Law. A l’évidence, cette recommandation vise à sauvegarder les spécificités de chaque culture juridique, dans un cadre harmonieux. La Commission Système judiciaire s’est aussi intéressée à la lutte contre « les personnes qui financent le terrorisme à partir de l’étranger ». A cet effet, elle recommande d’améliorer les mécanismes de coopération juridique afin d’engager les procédures judiciaires pour faire comparaître ces personnes. Comme on peut le voir, les membres de cette commission ont traité des questions spécifiques liées à la crise dans le Nord-Ouest et le Sud-Ouest, mais aussi des préoccupations transversales. Des questions qui devraient permettre d’améliorer tout le système judiciaire camerounais pour le bien-être des justiciables .

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category