Politique

National School of Local Administration (Nasla) : des pionniers nommés

De l’avis des spécialistes, la National School of Local Administration (Nasla), créée par décret présidentiel du 2 mars 2020, pourrait être à l’administration des collectivités territoriales décentralisées, ce qu’est l’Ecole nationale d’administration et de magistrature (Enam) à l’administration publique camerounaise. C’est-à-dire, un lieu de formation de l’élite de ces entités, dans un contexte marqué par la volonté de plus en plus affirmée du président de la République, de faire de la décentralisation, l’un des leviers du développement du Cameroun. Elle a en effet dans ses missions, celle d’assurer la formation professionnelle dans les domaines de compétence et spécialités de l’administration locale, conformément aux orientations définies par le gouvernement, selon les dispositions de l’article 5 du décret sus-évoqué. A ce titre, la Nasla assure la formation initiale diplômante, la formation continue, la formation spécifique, la recherche appliquée à la gestion des collectivités territoriales décentralisées. La National School of Local Administration, qui est appelée à prendre le relais du Centre de formation pour l’administration municipale (Cefam), a son siège à Buea. Trois semaines seulement après sa création, la National School of Local Administration a ses premiers responsables.  Comme à l’Enam, c’est à deux jeunes cadres de notre administration publique que le chef de l’Etat a confié les rênes de la nouvelle structure. Il s’agit de Tanyitiku Enohachuo Bayee et de Mme Lidwine Ongolo Nyanguinda, nommés respectivement directeur général et directeur général adjoint de cette institution par le président de la République. CT vous convie à découvrir ces pionniers qui auront à cœur d’œuvrer à la mise sur pied d’une véritable fonction publique locale.

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category

Download the Cameroon-Tribune app

logo apps