Hôpitaux central et Jamot : des dons pour renforcer la prise en charge

C’est dans le cadre du Fonds de solidarité national que l’association Motbinama international a remis des kits de protection à ces deux centres hospitaliers vendredi à Yaoundé.


« Monsieur le directeur général, au nom de Motbinama international, l’entreprise citoyenne, je vous remets ce don pour vous remercier du travail que vous et votre équipe abattez pour le bien-être des Camerounais. Ce n’est qu’un début, nous allons y revenir ». Ces propos chaleureux sont de Claire Ndi samba au Pr Pierre Joseph Fouda, directeur de l’Hôpital central de Yaoundé. Sensible à l’appel de solidarité national du gouvernement, pour contrer le Covid-19, la responsable de cette entreprise citoyenne s’est rendue vendredi dans ce centre hospitalier pour apporter sa « modeste contribution » au personnel soignant. Des kits de sécurité composés de 50 cartons de gants, de 50 litres d’alcool, d’un thermo-flash et des masques de protection ont été remis au directeur général au nom du personnel. Une cafetière et un micro-onde et du nécessaire pour le petit déjeuner faisaient également partie des dons estimés à 4,750 millions de F. De quoi susciter l’engouement du responsable de l’hôpital. « C’est avec beaucoup de joie et de satisfaction que nous recevons ce don qui arrive à point nommé. Imaginez la quantité de gants que nous utilisons par jour. Et encore maintenant que nous avons cette situation du Covid-19. Je dis merci à ce groupe associatif », a remercié le patron de cet hôpital.
Le personnel de l’hôpital Jamot de Yaoundé a également bénéficié du coup de cœur de l’association Motbinama international. Il a reçu l’équivalence du même kit de sécurité, des appareils électroménagers et du nécessaire pour le petit déjeuner. « Au-delà de la satisfaction personnelle que nous avons de porter secours à nos compatriotes souffrant du Covid-19, ce don vient renforcer les efforts et les sacrifices des personnels. Nous sommes extrêmement ravis », s’est réjoui Dr Joseph Marie Mendimi Nkodo, directeur général de l’hôpital. Pour la présidente de Motbinama, « face à la pandémie qui est en train de sévir, il était normal d’apporter notre modeste contribution pour montrer l’exemple et faire savoir aux autres chefs d’entreprises de ne pas attendre d’avoir 100 millions de F ou plusieurs tonnes de cartons de gants de soins. Il faut contribuer même si c’est infime, cela peut aider. Surtout que le personnel soignant est le plus exposé, il faut leur apporter des gants pour qu’ils se protègent et protègent les patients aussi », a-t-elle conclu.
 

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category