Maroua : pas de reprise de l'élection

C’est le verdict qu’a rendu avant-hier le Tribunal administratif qui a débouté le mandataire du Fsnc.

Dr Sani Babani, le maire de la ville de Maroua peut maintenant travailler, l’esprit tranquille. Le contentieux qui l’opposait à Hamadou Amadou, le candidat malheureux au fauteuil de la ville, chef-lieu de la région de l’Extrême-Nord, a été vidé avant-hier 7 avril 2020. Le Tribunal administratif de Maroua a déclaré recevable la requête du candidat du Fsnc, mais l’a rejetée parce que « pas justifiée ». En clair, la cour a jugé que les arguments appuyant la requête du sieur Hamadou Amadou n’étaient pas de nature à entamer la régularité du scrutin qui a permis au Dr Sani Babani de remporter l’élection du maire de la ville de Maroua.  
Cette audience était conduite par Aboubakar, président du Tribunal administratif de Maroua. Elle a duré près de sept heures d’horloge ; un temps largement suffisant pour permettre aux avocats, aussi bien ceux de la défense que ceux du plaignant, de faire entendre leurs plaidoiries. 
On se rappelle que lors de la session de plein droit, Dr Sali Babani avait été élu maire de la ville de Maroua avec une majorité absolue. Un scrutin qui l’opposait à Hamadou Amadou, candidat du Fsnc. 105 conseillers, issus de six formations politiques, notamment le Rdpc, le Fsnc, l’Andp, l’Undp, l’Add et le Mdr avaient pris part à ce scrutin. Et au terme de cette élection qui à l’issue de laquelle, le candidat du Rdpc, avait été élu, on avait enregistré 98 suffrages valablement exprimés, et 7 bulletins nuls. Dr Sali Babani avait alors été déclaré vainqueur avec 50 voix, soit 51,02%. Un scrutin que Hamadou Amadou avait estimé entaché d’irrégularités, d’où l’objet de son recours. »
 

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category