Politique

Construction des infrastructures : le Génie militaire assure

En plus de ses missions de participation au combat, cette composante de l’armée est aussi en première ligne des actions de développement.

Sur le théâtre des opérations, ils sont rarement sous les projecteurs. Pourtant, les soldats du Génie militaire sont pour la plupart des cas en première ligne dans le cadre de leurs missions de participation au combat de contact, d’appui à la mobilité des troupes en facilitant leur progression et à la contre-mobilité de l’ennemi. Dans la région de l’Extrême-Nord, au plus fort de la guerre contre la secte terroriste Boko Haram et jusqu’à présent, les éléments du Génie militaire y jouent un grand rôle dans la construction et l’entretien des postes de combat, la construction des tranchées destinées à stopper les assauts ennemis et dans les escortes par l’ouverture des itinéraires. Dans le contexte de la guerre asymétrique, le Génie militaire déploie au moins 250 hommes à la lutte contre les engins explosifs improvisés (EEI). Sur le deuxième front, le Génie militaire est également aux avant-postes pour faciliter l’avancée des troupes à travers l’amélioration de la traficabilité des axes dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest. Dans le Nord-Ouest par exemple, le génie militaire a effectué des travaux de réfection des tronçons Santa-Pinyin (26 km), Esu-Kwep (32 km), Bafut-Befang-Wum, Fundong-Wum et Nkambe-Mesaje. Les mêmes travaux ont été réalisés sur les axes Dschang-Menji (35 km), Kumba-Tombel (36 km) et Kumba-Ekondo Titi-Mundemba-Toko (108km) dans le Sud-Ouest. Dans cette région et dans le cadre de la reconstruction post-conflit de Bakassi, les travaux de construction et de réhabilitation des infrastructures socio-éducatives dans la péninsule rétrocédée, la route stratégique Mundemba-Isangele-Akwa longue de 75 km, le village de 60 logements pour pêcheurs à Isangele et les pylônes des télécommunications sont l’œuvre du génie militaire.
La gestion des catastrophes n’est pas en reste. Les hommes du colonel Jackson Kamgain ont beaucoup contribué à la gestion de la catastrophe ferroviaire d’Eseka, l’éboulement meurtrier de Gouache en octobre dernier et l’effondrement des deux immeubles à Yaoundé. Ces réalisations n’occultent pas les nombreuses réalisations du génie militaire dans les casernes, principalement la construction des bâtiments administratifs, des logements et des voies de desserte à l’intérieur des camps militaires.
Missions de développement
Mais cette composante est devenue au fil des ans, un outil que le chef des armées utilise régulièrement pour des missions de développement afin de mieux traduire dans les faits, le dyptique Armée-Nation. Cette mission de développement qui crée un lien fusionnel entre l’armée et la population est créditée d’une gamme diversifiée de réalisations. A travers ses cinq régiments (Sangmélima, Douala, Garoua, Maroua et Bamenda) repartis sur l’ensemble du territoire, le génie militaire dont la direction est logée au quartier général à Yaoundé, a été très actif ces dernières années sur les chantiers des infrastructures socio-économiques.
Dans la région de l’Extrême-Nord où la secte terroriste a détruit notamment les écoles et les centres de santé, les ingénieurs en treillis ont été sollicités pour reconstruire et réhabiliter les infrastructures scolaires dans les trois départements affectés par la guerre contre Boko Haram. Financés par l’Agence française de développement dans son volet C2D Education, les travaux ont été exécutés par le génie militaire dans cinq localités du Mayo-Tsanaga et neuf du Mayo-Sava. Depuis décembre 2019, 77 salles de classe, 8 blocs de direction et 16 blocs latrines sont définitivement réceptionnés et mis à la disposition des utilisateurs. Le directeur du génie militaire souligne que la deuxième phase de ce plan spécial lancée il y a quelques jours pour le compte du département du Logone et Chari va s’achever en septembre prochain. Mais le génie militaire dont le 41e Régiment est basé à Maroua est sur plusieurs autres chantiers dans cette région. Compte tenu de l’insécurité ambiante orchestrée par la secte terroriste Boko Haram, la réhabilitation de la route Mora-Dabanga-Kousseri, réponse du chef de l’Etat aux attentes des populations locales et des usagers de cet axe économiquement vital a été confiée au génie militaire après l’arrêt des travaux en mai 2014 à la suite des attaques de Boko Haram contre l’entreprise chinoise en charge du chantier. A en croire le directeur du génie militaire, les travaux piétinent à cause de « grosses lourdeurs administratives » émanant du principal bailleur de fonds.
Dans les grandes villes, l’action du Génie militaire est visible à travers la réalisation du boulevard de la République à Douala, la construction des marchés modernes de Sangmélima et de Bertoua ainsi que la réalisation des Parcours Vita de Yaoundé, Douala et Bamenda et de Ngaoundéré. 
 

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category

Download the Cameroon-Tribune app

logo apps