Politique

Sénat : trois projets de loi adoptés

Vendredi dernier, les sénateurs ont autorisé le chef de l’Etat à ratifier l’engagement du Cameroun dans le cadre de trois conventions internationales.

Quatre jours après l’Assemblée nationale, le Sénat a procédé vendredi dernier à la discussion générale de trois textes. Il s’agissait des projets de lois autorisant le président de la République à ratifier le Protocole pour l’élimination du commerce illicite des produits du tabac, le Statut de l’Organisation pour le développement de la femme dans les Etats membres de l’Organisation de la Conférence islamique (Oci) et celui portant sur l’adhésion du Cameroun à l’Accord de Paris de 2007 sur la conservation des gorilles et leurs habitats. Sous la direction de son président Marcel, Niat Njifenji, la chambre a adopté les trois textes en examen. 
Avant de donner leur quitus pour la ratification du Protocole pour l’élimination du commerce illicite des produits du tabac, les sénateurs ont requis quelques éclairages du ministre du Commerce, Luc Magloire Mbarga Atangana. Le Mincommerce qui a surtout mis en lumière le caractère sanitaire de ce projet de loi. La santé des Camerounais primant avant tout sur les aspects commerciaux. D’où la prise d’initiative par l’Organisation mondiale de la Santé (Oms) et la diligence du gouvernement de se doter d’outils juridiques supplémentaires pour combattre le phénomène mondial extrêmement variable qu’est la contrebande. 
S’agissant du Statut de l’Organisation pour le développement de la femme dans les Etats membres de l’Oci, le ministre de la Promotion de la Femme et de la Famille, Marie-Thérèse Abena Ondoa, a retracé quelques repères de la coopération Cameroun-Oci et Cameroun-monde islamique. Non sans relever les avantages sur les plans matériel et culturel que le pays devrait tirer de la promotion et de l’autonomisation de la femme musulmane pour le développement. 
Enfin, le ministre des Forêts et de la Faune, Jules Doret Ndongo, a exposé le dispositif répressif national contre le braconnage. Un fléau également combattu dans l’Accord Gorilla de Paris de 2007 (autre nom de l’Accord sur la conservation des gorilles et leurs habitats). Cet instrument juridique incite des actions communes de la part des pays signataires dans le but d’identifier, de gérer, de réhabiliter, de restaurer les sites et habitats des espèces et sous espèces de gorilles. Des domaines dans lesquels le Cameroun va pouvoir bénéficier des fruits de la coopération multiforme en matière de renforcement d’expertise et de prévention contre certaines maladies.    
 

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category

Download the Cameroon-Tribune app

logo apps