Procès maurice kamto,FESPACO, déscentralisation au cameroun, nord west crisis

International

Présidentielle ivoirienne : Ouattara maintient le suspense

Invité par ses partisans à briguer un troisième mandat lors du scrutin du 31 octobre prochain, le président sortant promet de se prononcer dans les jours à venir.

Les militants et sympathisants du Rassemblement des Houphouëtistes pour la démocratie et la paix (RHDP) devront encore attendre un peu pour être fixés sur la réponse d’Alassane Dramane Ouattara (ADO), après leurs nombreux appels l’invitant à se porter candidat à l’élection présidentielle du 31 octobre prochain.

Au cours d’un Conseil politique réunissant les différentes instances dirigeantes du parti au pouvoir hier à Abidjan, le président ivoirien a dit avoir pris acte des différents appels et entend se prononcer dans les tout prochains jours. « J’ai écouté toutes les interventions et je prends acte de la sollicitation des militants. Vous savez que je ne vous ai jamais déçus et je ne vous décevrai jamais. La Côte d’Ivoire doit avancer et non reculer. Je m’adresserai très prochainement à toute la nation », a- t-il déclaré.

Depuis le décès survenu le 8 juillet dernier de l’ancien Premier ministre, Amadou Gon Coulibaly, le candidat désigné, le RHDP reste à la recherche d’un nouveau candidat. Bien qu’ayant passé deux quinquennats, ADO a encore la possibilité de briguer un troisième mandat après la levée en 2016 du verrou de la limitation à deux du nombre de mandats après la modification de la Constitution.

En face, un branle-bas est perceptible au sein des principales formations politiques de l’opposition. Dans les différents états-majors, l’on assiste aux investitures et autres déclarations de candidatures à la succession d’Alassane Ouattara. Au Parti démocratique de Côte d’Ivoire, Henri Konan Bédié a été investi comme candidat au scrutin du 31 octobre prochain. L’ancien président de la République qui entend prendre sa revanche a d’ores et déjà fait savoir à ses détracteurs que « l’âge est un atout » et n’entend pas jouer les figurants. De son côté, le Front populaire ivoirien (FPI) pourrait aller plus que jamais divisé à cette consultation.

D’un côté, la faction conduite par Assoa Adou qui a choisi Laurent Gbagbo comme candidat. En liberté sous conditions à Bruxelles en Belgique depuis son acquittement prononcé par la Cour pénale internationale (CPI) le 15 janvier 2019, l’ancien président ivoirien a introduit mardi auprès de l'ambassade de Côte d'Ivoire à Bruxelles une demande de passeport ordinaire et d'un laissez-passer.

De l’autre côté, l’aile dirigée par Pascal Affi Nguessan. Candidat malheureux en 2015, l’ancien Premier ministre qui croit en ses chances a d’ores et déjà déposé officiellement sa candidature auprès du Comité électoral de la frange FPI qu’il contrôle .

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category

Download the Cameroon-Tribune app

logo apps