Politique

Sécurité frontalière dans le Mayo-Moskota : un camp du BIR opérationnel

Le poste de défense inauguré lundi 7 septembre dernier vient répondre aux besoins des populations.

Le camp du Bataillon d’intervention rapide (BIR) de Moskota, dans le département du Mayo Tsanaga, région de l’Extrême-Nord, a été inauguré lundi dernier. Il s’agit d’un projet mis en œuvre en vue de renforcer le dispositif sécuritaire, à la suite des attaques de Boko Haram dans cette localité. En effet, Il y a quelques semaines les populations de l’arrondissement de ont exprimé leur ras-le-bol, après des incursions terroristes. C’est donc pour répondre à cette demande que le président Paul Biya a décidé, « malgré la conjoncture économique dure et la crise imposée par le Covid 19, d’ériger à Moskota, un camp militaire qu’occupera le Bataillon d’intervention rapide (BIR) », nous renseigne le colonel François Pélené, coordonnateur national du BIR.
Ce poste frontalier de Moskota, qui est la 5e Unité légère d’intervention de la zone sud de l’Opération Alpha menée par le BIR, est une bâtisse sur près de sept hectares. Elle est composée de six bâtiments (bureaux, toilettes, cuisine, réfectoire…). Ce tout nouveau camp militaire est situé à une centaine de kilomètres de Maroua, chef-lieu de la région de l’Extrême-Nord et juste à a peine 3 km du premier village du Nigeria. Toutes les commodités s’y retrouvent, nous informe Eric Rostand Ndé, l’entrepreneur/architecte. En plus de la disponibilité en eau potable et l’énergie électrique alimentée par un groupe électrogène, « le camp compte plusieurs stades de jeu parmi lesquels le golf, une innovation dans le milieu », souligne l’entrepreneur. « C’est un camp d’une capacité de 120 éléments au moins, qui a pour principale mission de sécuriser non seulement le territoire camerounais mais surtout de protéger les personnes et les biens de cette localité », renchérit le lieutenant-colonel Akwo, médecin chef à l’Opération Alpha. 
Pour le commandant de la 4e Région militaire interarmées, le général de division Sali Mohamadou, « cette action du chef de l’Etat du Cameroun démontre son désir ardent de rechercher la paix durable dans le Mayo-Moskota en particulier et l’Extrême-Nord en général », dit-il. C’était en présence du sous-préfet du Mayo-Moskota, Toudjé Voumo, du général de brigade Bouba Dobékréo, commandant du secteur N°1 de la Force multinationale mixte (FMM) et plusieurs autorités traditionnelles et religieuses de cet arrondissement. 
 

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category

Download the Cameroon-Tribune app

logo apps