Société

Universités camerounaises : boulevard pour le haut débit

L’accord-cadre signé le 8 septembre dernier entre le ministère de l’Enseignement supérieur et la Cameroon Telecommunications permettra à ces instituions d’améliorer leur accès à Internet.

Les universités camerounaises cherchent à mieux se positionner dans l’espace cybernétique mondial. Un univers dont la survie des membres dépend des capacités technologiques de tout un chacun. Pour l’instant, le Cameroun n’est pas très bien noté dans cette épreuve. A titre d’illustration, la puissance de la bande passante dans les universités publiques, pour l’accès à Internet de très haut débit, n’est actuellement que 263 mégabits par seconde. Ceci pour un coût de 553 millions de F par an. L’accord-cadre signé le 8 septembre dernier entre le ministère de l’Enseignement supérieur (Minesup) et la Cameroon Telecommunications (Camtel) vise à corriger ces manquements. 
Il se profile ainsi à l’horizon une plus grande capacité, mais avec des coûts réduits. Dans ce sens, la puissance de la bande passante évoquée supra devrait être multipliée par… 36 ! A contrario, le coût du mégabit, qui s’élève actuellement à 175000 F, devrait reculer à 8000 F. Soit une baisse de 95,43%. Ces projections sont exposées dans la note d’information du ministre de l’Enseignement, supérieur Jacques Fame Ndongo, datée du 14 septembre dernier. Elles permettent d’entrevoir un meilleur ratio service/prix lorsque l’accord sera matérialisé. 
L’on apprend que Camtel s’engage à fournir 9334 mégabits/s aux universités d’Etat, à l’Université inter-Etats Congo-Cameroun (Campus de Sangmélima) et au Centre national de supervision du réseau d’interconnexion des universités d’Etat. Une plus grosse vague à surfer également dans le cadre de l’interconnexion des universités, ainsi que l’extension du réseau aux nouveaux campus annexes des universités d’Etat (Bafia, Bertoua, Abolowa, Foumban, Garoua, Kaélé, Kousseri, Meiganga, Nkongsamba, Yabassi). Le très haut débit est annoncé ici à 16000 mégabits par seconde. 
Les prestations liées à la mise en œuvre de tout ce dispositif s’élèvent à 2,5 milliards de F. Dans le détail, il faudra compter plus de 1,089 milliard de F pour l’accès des universités publiques à l’espace cybernétique planétaire. Le réseau d’interconnexion des universités quant à lui devrait coûter plus de 1,16 milliard de F, tandis que l’extension du réseau universitaire dans les différents campus s’élève à plus de 242,37 millions de F. Un projet important auquel il faut donner vie pour permettre aux universités camerounaises de pouvoir rivaliser avec le reste du monde.
 

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category

Download the Cameroon-Tribune app

logo apps