Commentaires

Cultiver les valeurs démocratiques

Les coups de feu entendus dans la nuit de mardi à mercredi dernier dans la localité de Bouar en République centrafricaine sont embarrassants et inopportuns. D’autant qu’ils surviennent au moment où ce pays intensifie ses préparatifs pour les élections présidentielle et législatives du 27 décembre prochain.
Il est clair que 1,667 millions de citoyens ont été inscrits sur les listes électorales. Il est aussi évident que l’enrôlement des électeurs est terminé dans le pays sauf dans les localités où l’insécurité persiste. De même, la diaspora et les réfugiés n’ont pas pu être enrôlés à cause de la pandémie du coronavirus et la fermeture des frontières.
Ces zones d’ombre perturbent l’horizon du double scrutin présidentiel et législatif du 27 décembre à telle enseigne que l’Autorité nationale des élections (ANE) a sollicité le report de 15 jours de la date butoir de publication des listes électorales. L’organe chargé de gérer les élections a également demandé le doublement le nombre des agents dédiés à l’enrôlement des électeurs ainsi que le raccourcissement du délai de réclamation du contentieux. Les pesanteurs qui assombrissent le chemin de la présidentielle font d’ailleurs l’objet de plusieurs concertations de haut niveau. Y compris entre le chef de l’Etat centrafricain, Faustin Archange Touadéra, et ses prédécesseurs. Sans pour autant qu’une solution définitive y soit déjà trouvée.
  Toujours est-il que l’ANE n’a pas encore baissé les bras. Elle souhaite que l’Assemblée nationale et la Cour constitutionnelle valident ses propositions pour lui permettre de respecter les délais constitutionnels et éviter à la République centrafricaine une fin de mandat présidentiel sans élection et donc une vacance du pouvoir de même qu’une transition politique. Dans ce pays marqué par une demi-dizaine de coups d’Etat militaire et la grave crise politique ayant duré de 2013 à 2016, le scénario d’une vacance du pouvoir n’est pas indiqué. D’où l’urgence d’agir pour boucler les préparatifs du double scrutin présidentiel et législatif du 27 décembre 2020. A ce nouveau tournant de la nation centrafricaine, la culture et la sublimation des valeurs démocratiques sont requises pour aplanir les divergences et baliser le chemin d’un scrutin digne, crédible et apaisé. 
 

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category

Download the Cameroon-Tribune app

logo apps