USA : un nouveau départ

La tâche qui attend le nouveau président américain, Joe Biden, est si immense qu’il n’a pas attendu le jour de son investiture, le 20 janvier 2021, pour se mettre au travail.
Dès ce lundi 9 novembre, le président élu met sur pied un panel d’experts de renom ayant pour vocation de trouver des solutions idoines à la pandémie du coronavirus. S’étant déjà soldée par 237000 morts, cette crise sanitaire a pris une ampleur telle que Joe Biden a décidé d’en faire sa première priorité.
Les solutions à la pandémie du Covid-19 ont beau être pressantes. Elles n’occultent pas cependant l’impératif de réconcilier les Américains. Les récents assassinats des Noirs Américains par des policiers blancs parmi lesquels George Floyd et les manifestations ayant suivi ces meurtres ont suscité de fortes tensions au cœur de la société américaine et laissé apparaître une Amérique divisée entre les races, les classes sociales et les visions. Au point de susciter des réflexes identitaires tout en éloignant le pays de l’oncle Sam de la vision des pères à savoir bâtir une nation multiraciale, riche par sa diversité, mais solidaire et unie dans ses bases de grandeur et prospérité. Des nantis ont probablement su tirer profit des facilités fiscales offertes par l’ancien régime. Ils ont eu l’occasion de consolider leur patrimoine. Ce n’est certainement pas le cas des retraités. Ni des pauvres. Les uns et les autres ont particulièrement souffert de la mise sous l’éteignoir de l’Obama care, la large couverture d’assurance sanitaire initiée par l’ancien président Barack Obama. Laquelle permettait aux citoyens modestes d’accéder aux soins de santé à des coûts raisonnables.
 Le 46e président des Etats-Unis a probablement su intégrer la nécessité de réconcilier ce pays écartelé par des clivages sociaux, économiques et politiques. Puisqu’il se présente comme le président de tous les Américains. Selon la conception de Joe Biden, il n’existe pas d’Etat démocrate aux Etats-Unis. Il n’existe pas non plus d’Etat républicain. Seules prévalent les Etats-Unis d’Amérique.
Autant, le devoir de réconcilier les Américains au plan interne demeure capital, autant la nécessité de rassurer les partenaires des Etats-Unis au plan international s’avère utile. La diplomatie du régime sortant a laissé tellement de fractures qu’il est urgent de recoller les morceaux. Qu’il s’agisse de la guerre commerciale contre la Chine, de l’option prise dans le dossier du barrage de la renaissance en Afrique, du cas palestinien, de l’Organisation du traité de l’Atlantique Nord (OTAN) ou de la dénucléarisation de la péninsule coréenne, l’urgence des clarifications s’impose pour redorer le blason américain. 
A coup sûr, l’accession de Joe Biden à la magistrature suprême représente un nouveau départ pour les Etats-Unis. Le président élu aura besoin de toute son expérience de plus jeune sénateur américain et de vice-président des Etats-Unis de 2008 à 2016 ainsi que du soutien des Américains pour relever les défis auxquels les Etats-Unis sont confrontés en cette période cruciale de leur histoire.   


 

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category

Cruelle lâcheté
There’s Much To Gain!
Pas une si bonne idée