Préserver le verdict des urnes

Paul EBOA


Read also : Reinvigorate The Football House!

Tandis que les Nigériens souhaitent voir les candidats du second tour s’investir davantage sur le terrain, ceux-ci sont surpris par leur prétendue foi en la victoire finale. Cet optimisme est d’autant déplorable qu’il accroît la tension au fur et à mesure que le Niger s’achemine vers le second tour de l’élection présidentielle de dimanche prochain.


Read also : RCA : une quête permanente

La violence des propos tenus lors des meetings fait davantage monter la tension pré-électorale. Il est également ainsi des allusions aux tribus des candidats. La tension est si préoccupante que le face-face des deux candidats a été annulé


Read also : Concertation et communication

Certes, Mohamed Bazoum, candidat du Parti nigérien pour la démocratie et le socialisme(PNDS), le parti majoritaire, a remporté le premier tour du scrutin présidentiel avec 39,30 % des voix face à Mahamane Ousmane l’ancien président de la République et candidat du Renouveau démocratique et républicain(RDR) qui obtenu 16,98 %. Il reste cependant que rien n’est définitivement joué. Même si l’ancien ministre de l’Intérieur et des Affaires étrangères a distancé l’ancien chef de l’Etat de plus d’un million cinquante-sept mille voix au premier tour. Même si également, Mohamed Bazoum bénéficie du soutien du Mouvement national pour la société et le développement(MNSD) de l’ancien président Mamadou Tanja et du Mouvement patriotique pour la République(MPR) d’Albadé Abouba. Lesquels secondent le PNDS dans les communes en termes de sièges. 


Read also : La fête utilement

Pour sa part, Mahamane Ousmane se réjouit de l’appui du Modem Fa Lumana, le parti de l’opposant et candidat recalé à la présidentielle, Hamadou Amadou. Celui-ci a appelé ses militants à se mobiliser massivement et à voter en faveur du président renversé en 1996 par un coup d’Etat. Mahamane Ousmane sait également pouvoir compter sur la coalition de l’opposition CAD 20-21 de laquelle relève le parti de Hama Amadou. Le poids de ces alliances est si aléatoire qu’il est prématuré de deviner qui sera le vainqueur du second tour.


Read also : Une nécessaire remobilisation

Il n’échappe à aucun Nigérien que le prochain président succédera au chef de l’Etat sortant, Mahamadou Issoufou qui a choisi de ne pas se représenter à l’issue de ses deux mandats, conformément aux dispositions de la Constitution. Mohamed Bazoum situe sa candidature dans la continuité de l’œuvre du président sortant. Mahamane Ousmane se place dans une dynamique de changement. D’où le devoir de consolider la démocratie nigérienne en préservant le verdict des urnes.


Read also : Protecting Precious Human Life!

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category