Suivi de l’exploitation forestière: Le Sigif 2 lancé

Ce nouveau système informatique de deuxième génération était au cœur d’une cérémonie organisée le 1er avril dernier à Yaoundé.

La gestion et le suivi de l’exploitation forestière, la traçabilité du bois, la lutte contre l’exploitation illégale. Tels sont entre autres, les objectifs visés par le Système informatique de gestion des informations forestières de deuxième génération (Sigif 2). Le lancement officiel de ce logiciel a eu lieu le 1er avril dernier à Yaoundé sous la présidence de Jules Doret Ndongo, ministre des Forêts et de la Faune (Minfof), en présence de plusieurs autres membres du gouvernement.


Read also : Développement des filières agricoles : les bons fruits du projet d’appui

 « Le Sigif 2 entend se positionner comme l’outil de gestion règlementaire de la gestion forestière et de dématérialisation des procédures. A ce titre, il est considéré comme la pierre angulaire du système de vérification de la légalité », a déclaré le Minfof. Le Sigif 2 est conçu pour corriger les manquements du premier, définissant de nouvelles orientations, élaborant de nouveaux termes de références, entre autres.


Read also : Journée du commerce électronique : la fracture numérique reste un obstacle

Pour le directeur des Forêts, Anicet Ngomin, le lancement officiel du Sigif 2 est une avancée sérieuse qui permettra au Minfof d’entamer de manière décisive, la correction de certains manquements observés jusqu’ici par la dématérialisation des procédures.


Read also : Certification à la norme forestière FSC : les entreprises sensibilisées

Pour mémoire, en 2012, les services techniques du Minfof ont relevé des carences dans l’élaboration du Sigif 2, notamment, l’inadaptation des termes de référence élaborés sans la participation du Minfof. L’absence d’implication et de valorisation de l’expertise nationale. « Ces manquements ont induit la nécessité d’une alternative. C’est ainsi que de nouvelles orientations ont été définies à partir de 2013 pour développer un logiciel de cohérence avec les exigences de performance, de flexibilité et de transfert de technologie », explique le Minfof.


Read also : Autorité portuaire nationale : de nouveaux dirigeants

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category