Règlementation du travail : des sociétés de gardiennage au scanner

Le 1er adjoint préfectoral du Wouri est allé s’enquérir hier du respect des textes en vigueur par ces entreprises.

Vérifier l’effectivité de l’application des textes en matière de création et de fonctionnement des sociétés de gardiennage. Notamment le décret du 16 septembre 2015 portant application de la loi n°97 du 10 septembre 1997 relative aux activités privées de gardiennage, modifié et complété par la loi du 23 décembre 2014. C’est l’objectif de la descente de terrain effectuée ce 21 juillet par Hector Eto Fame, 1er adjoint préfectoral du Wouri, qu’accompagnaient ses proches collaborateurs. La délégation s’est rendue à Bonabéri (Douala IV) et Bonamoussadi (Douala V), où elle a inspecté des sociétés de gardiennage. Les entretiens avec différents responsables portaient entre autres sur la vérification des dossiers administratifs, le mode de recrutement, les horaires de travail, la durée de la formation, les tenues et équipements de sécurité… Ici et là, quelques irrégularités ont été observées. Il s’est agi essentiellement de la non- conformité de certaines tenues. L’autorité administrative a également déploré le manque d’extrait de casier judiciaire des vigiles de la société « Premier Security». « Il faut toujours vous assurer qu’il y ait l’extrait du casier judiciaire du vigile que vous recrutez. C’est une pièce qui fait foi en termes de moralité de vos agents », a recommandé Hector Eto Fame. Du côté des responsables de sociétés de gardiennage, cette visite de travail a plutôt été pédagogique. « Je remercie le préfet pour cette visite parce que j’ai appris beaucoup de choses en matière de sécurité. Nous allons compléter notre dossier le plus rapidement possible », a promis Nfor Patrick, Pdg de société de gardiennage. Josue Kamgang, vigile, apprécie les conditions de travail qui, pour lui, sont bonnes. Cependant un certain nombre de difficultés émaillent son quotidien professionnel. Notamment l’incivisme de certains usagers. « Certains nous agressent et nous insultent. Mais grâce à la formation que nous avons reçue, nous surmontons cela et nous ramenons quelques- uns à la raison », soutient Josue Kamgang. L’autorité administrative a recommandé à celles des sociétés de gardiennage dont les dossiers sont incomplets de se conformer à la règlementation en vigueur dans leur secteur d’activités .

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category