Lions indomptables : encore du boulot

Sur le chemin qui mène au Qatar 2022, il n’y avait pas besoin d’être voyant pour deviner que la Côte d’Ivoire serait le principal obstacle du Cameroun. Et il était question de ne surtout pas gâcher ses munitions lors des première et deuxième journées des éliminatoires entamées le week-end dernier. Mais la réalité est là : le Cameroun est déjà sous pression même si la situation n’est pas encore alarmante. Les Lions ont engrangé trois points sur six possibles et c’est déjà ça. Après un match contre le Malawi qui n’a pas vraiment permis de se faire une idée sur l’équipe, l’opposition contre la Côte d’Ivoire a été l’occasion de constater qu’il y a encore du boulot dans cette équipe. Quand on sait que le noyau de l’équipe pour les futures échéances était présent en grande partie  contre le Malawi et la Côte d’Ivoire, on peut se poser des questions. Il y a eu des lacunes individuelles et un collectif qui se cherche encore. Mais le sélectionneur national reste maître et comptable de ses choix. C’est une évidence. Souhaitons au moins qu’il les utilise à bon escient à l’avenir.
Même si la vérité, il faut le reconnaître, est que le Cameroun dispose de joueurs moyens et il faut faire avec. Mais c’est bien au staff de transformer des quidams quelconques en guerriers assoiffés de victoires.  Ces Lions indomptables ont clairement besoin d’un leader, d’un patron capable de les pousser à se surpasser. Et trouver cet homme est aussi le rôle de Conceiçao. Car d’énormes défis attendent les Lions indomptables. D’ici novembre, il faut terminer en tête du groupe D pour accéder au dernier tour qualificatif de la coupe du monde 2022. Et rappelons-le, la qualification pour le Mondial fait partie des objectifs assignés au Portugais lors de la reconduction de son contrat il y a quelques jours. D’autant plus que le Cameroun a manqué l’édition 2018. Il y a aussi et surtout la coupe d’Afrique des nations 2022 qui frappe déjà à notre porte. Ces éliminatoires sont à coup sûr l’occasion idoine de se préparer pour cette compétition que les Camerounais attendent avec impatience. Avec quelle équipe irons-nous rivaliser avec les ténors du continent ? C’est maintenant qu’il faut y penser. Le Cameroun a encore le temps de se reprendre.
Mais en attendant, il faut déjà se projeter vers la double confrontation contre le Mozambique en octobre prochain. Il ne s’agira pas de se louper cette fois, sous peine de voir les chances d’aller au Qatar s’amenuiser. Le staff est déjà prévenu : la pelouse du stade de Maputo ne serait pas très différente de celle d’Ebimpé (Abdidjan). Du moins, si on en croit les plaintes des Ivoiriens après leur nul là-bas le week-end dernier. Pas question d’en faire aussi une excuse dans un mois.
 

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category

L’Etat ne faiblira pas
Cruelle lâcheté