Mieux collaborer pour relever les défis

La gravité des menaces auxquelles la région du Lac Tchad est confrontée oblige les pays riverains à mutualiser leurs efforts pour mieux les combattre. C’est ainsi que depuis 2010, des conférences de haut niveau sur l’avenir et le développement de cette région se sont multipliées. La troisième réunion du Forum des gouverneurs du Bassin du Lac Tchad (BLT) pour la coopération régionale sur la stabilisation, la consolidation de la paix et le développement durable s’inscrit dans cette suite logique. Les observateurs s’attendent maintenant à ce que les engagements pris au terme des travaux qui se sont achevés hier à Yaoundé soient effectivement mis en œuvre. Le Forum ayant renforcé son positionnement en tant que plateforme essentielle de coopération pour résoudre les problèmes transfrontaliers transversaux qui se posent à la fois au Nigeria, au Cameroun, au Tchad et au Niger.                                                                               Il est concrètement question aujourd’hui d’œuvrer pour la réalisation de la Stratégie régionale de stabilisation (SRS) validée en août 2018 et qui comprend neuf piliers d’intervention et 40 objectifs stratégiques à atteindre. Cette mise en œuvre doit se faire par le biais de huit Plans d’action territoriaux (PAT) couvrant les huit Etats/régions/provinces les plus durement affectées par les attaques des combattants de la secte terroriste Boko Haram au sein du BLT. Plus que jamais, les gouverneurs/administrateurs concernés ont un rôle irremplaçable à jouer, eux qui côtoient les populations et qui doivent exécuter les PAT qui seront les socles de la stabilisation, du relèvement économique et de la résilience à long terme du BLT. Le Forum, au niveau supranational, devra toujours promouvoir le dialogue et la coopération transfrontalières, puis renforcer la coordination transfrontalière en matière de sécurité, de développement de l’économie, du commerce et de préservation de l’écosystème fragile.                                                                                                                             L’enjeu est de taille, car au cœur de la zone sahélienne, aux confins des quatre pays cités plus haut, le Lac Tchad fait vivre environ 40 millions d’Africains en leur offrant des ressources riches et variées : eau pour la pêche, terre pour la culture de décrue et pâturages pour l’élevage. Cependant, cette ressource en eau douce est menacée de disparition après plusieurs décennies de sécheresse. Depuis 1973, la surface du lac a en effet été divisée par huit. Sa taille varie de nos jours suivant l’importance des pluies et des crues des fleuves Chari et Logone, alimentés depuis la RCA et le Cameroun. L’approvisionnement naturel en eau du Lac Tchad ne cesse de diminuer en raison d'un déficit de pluies aggravé par les changements climatiques en cours, et d'une irrigation en hausse. Des projets très ambitieux pour sauver le Lac Tchad existent pourtant, comme celui du transfert d’une partie des eaux du fleuve Oubangui. Mais, ils sont souvent contestés. Quoi qu’il en soit, il faudra au préalable régler en amont les problèmes sécuritaires cruciaux qui déstabilisent la région.                                                                                                                                    Venir à bout de l’insurrection armée de Boko Haram dont l’épicentre est au Nord-Est du Nigeria reste par conséquent un défi majeur. Une courte période d’accalmie a été récemment interrompue par la reprise des attaques dans plusieurs pays, preuve que l’ennemi commun est loin d’être vaincu. Seule une coopération militaire accrue dotée de moyens conséquents en plus des efforts nationaux pourrait permettre d’enrayer le mal qui engendre aussi une crise humanitaire difficile à gérer. Au-delà, il faudra éliminer le terreau sur lequel se développe l’extrémisme violent en luttant notamment contre la pauvreté particulièrement prégnante ici. Et pour relever tous ces défis communs, les pays concernés doivent plus que jamais resserrer leurs rangs et travailler en synergie.

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category

L’Etat ne faiblira pas
Cruelle lâcheté