L’indispensable boussole

Le 1er juillet 2021, à l’initiative du ministère de la Décentralisation et du Développement local, se tenait à Yaoundé, un atelier en vue de l’adoption d’un guide méthodologique devant permettre aux conseils régionaux d’acquérir les outils nécessaires en vue de l’adoption des plans régionaux de développement. Il s’agissait pour les différents acteurs régionaux de disposer d’un document devant faciliter l’élaboration de plans prenant en compte les spécificités et les priorités de chaque région. C’est ce document qui a été remis le 5 octobre 2021 aux présidents des Conseils régionaux de l’Adamaoua, de l’Extrême-Nord et du Nord par le ministre Georges Elanga Obam, au cours d’une cérémonie qu’il a présidée à Garoua. Quel intérêt donc pour ces collectivités territoriales décentralisées, entrées en service au lendemain de la première élection régionale du Cameroun le 6 décembre 2020, ceci après le toilettage du cadre législatif qui encadre la décentralisation, serait-on tenté de se demander.  Le plan régional de développement se veut l’indicateur, pour chaque région, des projets à exécuter en faveur des populations. Autant dire, la boussole sur laquelle chaque région entend s’appuyer pour mettre en œuvre son projet d’amélioration des conditions de vie des populations dont elle a la responsabilité.
Rendu à l’heure actuelle, aucune des dix régions ne dispose encore de ce précieux document. Et ce, alors que la plupart d’entre elles, au même titre que les populations, ont déjà le regard tourné vers les prochaines sessions budgétaires qui vont voir ces collectivités territoriales décentralisées se doter des premiers moyens qui leur donneront la possibilité de poser les premières actions en faveur de ces populations. Comment vont donc procéder les organes délibérants des conseils régionaux pour doter ces entités de budgets au terme de sessions qui doivent intervenir au plus tard le 15 décembre de l’année en cours, selon les dispositions de la loi du 24 décembre 2019 portant Code général des collectivités territoriales décentralisées ? La lettre-circulaire conjointe signée le 7 octobre 2021 par le ministre des Finances et son collègue de la Décentralisation et du Développement local, relative à la préparation des budgets des collectivités territoriales décentralisées pour l’exercice 2022, indique la voie à suivre, notamment pour ce qui est des dépenses d’investissement, qui doivent plafonner, pour ce qui est des conseils régionaux, à 60% au moins du budget total : « … en attendant l’adoption des plans régionaux de développement, les projets d’investissement à inscrire au budget devront répondre aux besoins de développement harmonieux, équilibré, solidaire et durable du territoire ». Une disposition qui ne devrait être que provisoire, les conseils régionaux ayant l’obligation de se doter de cet outil de planification qui va permettre de trouver les moyens nécessaires leur permettant de mieux répondre aux attentes des populations et permettre ainsi à l’ensemble des collectivités territoriales décentralisées de devenir des vecteurs de développement à la base, selon le vœu du président de la République.
 

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category

L’Etat ne faiblira pas
Cruelle lâcheté