Mobilisation des ressources fiscales : une décennie en chiffres

La direction générale des Impôts vient de dresser le bilan de ses activités au cours de la période 2010-2020.

En 2020, la direction générale des Impôts (Dgi) a inauguré son immeuble siège mais aussi le complexe multifonctionnel Mundi. Si ces deux infrastructures montrent les mutations positives opérées au sein de cette administration, la direction générale des Impôts s’est imposée, au cours de la décennie 2010-2020, comme le premier poste de mobilisation des ressources financières au profit de l’Etat, des collectivités territoriales décentralisées et des entités publiques. C’est ce que démontrent les données contenues dans le rapport décennal 2010-2020 de la Dgi qui vient d’être publié. Pour le ministre des Finances qui signe l’avant-propos de ce document de 161 pages, « les résultats sont d’autant plus méritoires qu’ils ont été obtenus dans un environnement défavorable marqué par la chute des cours du pétrole dès 2014, les attaques de la secte terroriste Boko haram à l’Extrême-nord la même année, les incursions des groupes armés centrafricains à l’Est depuis 2015, les crises socio-politiques dans les régions du Nord-ouest et du Sud-ouest à partir de 2017 et l’incendie de la Sonara en 2019 ». 
Ainsi, si la contribution de la Dgi aux recettes propres de l’Etat a pu passer de 939,7 milliards en 2010 à 2060,7 milliards en 2019 ou encore si les recettes affectées aux collectivités territoriales décentralisées et aux entités publiques sont passées de 67,1 milliards de F en 2010 à 201,1 milliards de F en 2019, c’est parce que la Dgi a entrepris, en une décennie, un certain nombre de réformes d’administration de l’impôt et de politique fiscale. On peut alors citer les révormes du système d’immatriculation, des modalités de collecte de la taxe spéciale sur les produits pétroliers, du droit de timbre automobile, des droits de timbre d’aéroport, la dématérialisation complète du timbre fiscal ; l’introduction des droits d’accises spécifiques sur plusieurs biens et services, la rationalisation de la dépense fiscale, la lutte contre la fraude et l’évasion fiscale, etc. 
Dans le rapport de la Dgi, on  a également dans les détails, l’évolution des recettes fiscales non pétrolières, celle des recettes fiscales pétrolières, l’évolution...

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category