Notre identité doit rester sauve


Pour les nostalgiques d’un certain passé musical, la qualité de la musique camerounaise aujourd’hui laisse à désirer relativement au contenu et à la qualité des messages. Mais attention, il faudra cependant  se garder de juger la production musicale avec cette vision passéiste. On pourra dire que chaque génération a la musique qu’elle mérite. La fulgurance actuelle des musiques urbaines est la résultante de la mondialisation qui met au choc les cultures d’ici et d’ailleurs. Ce type de musique a ses techniques langagières, ses codes et ses stars (même d’un jour). Si les (anciens) rythmes typiquement camerounais comme le makossa, le bikutsi, le manganbeu, bend-skin… restent toujours appréciés par une génération de Camerounais, les musiques urbaines ou encore les musiques métissées ont presque pris le pouvoir chez la plupart des jeunes. Fini, l’époque où la production et le succès d’un artiste étaient évalués à l’aune du nombre de ses albums. Fini aussi, l’ère où il fallait absolument passer par les instruments pour se lancer. De nos jours, même avec un single on peut soulever des foules.  Les campagnes de promotion sont désormais menées sur les réseaux sociaux. Dans cette nouvelle cuvée d’artistes, il y en a de talentueux, et de prolifiques. Ils sont régulièrement dans les top 10 des hits (Trace) et sur les plateformes internationales de streaming. 
Mais au-delà de ces percées remarquables et d’un certain engouement des jeunes à adopter ces nouvelles sonorités, il y a l’envers du décor. Le problème des musiques urbaines se pose en termes de la sauvegarde de l’identité. En se hissant sur l’arène internationale, il faut garder un fond authentique qui doit vendre l’identité camerounaise comme ce qu’ont fait Manu Dibango, Sally Nyolo, Kareyce Fotso etc.  
L’autre danger et non des moindres,  c’est le contenu et la qualité du message. Les musiques urbaines ont bousculé les normes (esthétiques, sociales et voire artistiques) avec une évolution thématique au niveau du « bas ventre » qui prône l’obscène et une désacralisation de la nudité et de l’intimité qui &eacut...

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category