Amadou Ali : les derniers honneurs

L'ancien vice-Premier ministre a été élevé à la dignité de Grand cordon du mérite camerounais à titre posthume, au cours des obsèques qui ont eu lieu hier à Kolofata en présence du Mindef, représentant personnel du chef de l'Etat.

Des prières à n'en plus finir qui montent vers le ciel de Kolofata, l'un des trois arrondissements du département du Mayo-Sava, dans la région de l'Extrême-Nord. C'était hier afin d'implorer le Très Haut pour le repos de l'âme d'un digne fils de la localité. La ville, à laquelle se sont associées de nombreuses délégations venues des autres coins du Cameroun et même de l'étranger, rendait ainsi un ultime hommage à l'un de ses fils, sans doute l'un des plus prestigieux. L'ancien vice-Premier ministre, Amadou Ali, décédé le 27 septembre dernier des suites de maladie à 79 ans, et inhumé le lendemain, selon la tradition musulmane, a ainsi eu droit à des obsèques décidées par le président de la République. Un témoignage de reconnaissance à un homme qui a passé plus de cinq décennies pleines au service de son pays. Paul Biya ne s'y est du reste pas trompé, lui qui, dans le message de condoléances adressé à Mme Agnès Moukoudi, épouse Amadou Ali, la veuve du disparu, et lu pour la circonstance par le préfet du Mayo-Sava, Roger Saffo, a écrit : « J'avais eu comme vous le savez, de longues années de collaboration avec M. Amadou Ali, homme de devoir doté d'une forte personnalité. Il se distinguait par ses qualités humaines et professionnelles ». Pour le chef de l'État, la belle trajectoire du disparu « atteste de son engagement et de sa loyauté, notamment lorsque notre pays a dû relever de grands défis ». Le président Paul Biya poursuit en écrivant : « Avec la disparition d'Amadou Ali, le département du Mayo-Sava et la région de l'Extrême-Nord perdent une élite très respectée, le Rdpc un militant de poids, l'Etat un serviteur chevronné et le Cameroun un fils patriote ».
Pour cela, le défunt a été élevé à titre posthume, à la dignité de Grand cordon du mérite camerounais par le président de la République. Une distinction qui a été remise à sa famille par le représentant personnel du chef de l'État. Joseph Beti Assomo a ensuite déposé la gerbe de fleurs du président de la République et de la première dame, Mme Chantal Biya, sur la tombe de l'illustre disparu. Tous les autres témoignages, du maire de Kolofata au représentant de la famille, en passant par les délégations du Nigeria et du Tchad, ont parlé d'un rassembleur, d&#...

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category